le 16/07/2015 à 10:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Confort en cabine Moins de vibrations avec de bons pneus

Le confort, une véritable problématique dans le machinisme agricole. (©TNC)

Le confort, une véritable problématique dans le machinisme agricole. (©TNC)

La conduite d’engins agricoles peut, à force, représenter un risque pour la santé des chauffeurs, du fait des vibrations et du risque de retournement. Bridgestone, du fait de l’importance de la part du pneumatique dans le niveau de l’exposition, souhaite sensibiliser les professionnels à la prévention.

Les maladies professionnelles sont la conséquence d'une exposition plus ou moins prolongée à différents risques. Dans le cas de la conduite de tracteurs, les maux les plus fréquents sont les troubles musculo-squelettiques (Tms) : lombalgie, cervicalgie, hernie discale, dégénérescence de la colonne vertébrale, aggravation de traumatismes existants. En 2012, ces Tms représentaient 93 % des maladies professionnelles enregistrées par la Msa, à un niveau grave dans 95 % des cas.

La conduite d'engins agricoles expose aux vibrations se propageant au "corps entier". Pour être dans des conditions de travail confortables, présentant peu de risques pour la santé, les vibrations doivent être inférieures à 0,5 m.s-2 et l'exposition ne doit pas dépasser 1,15 m.s-2 par journée de 8 heures. Ces valeurs sont définies dans la norme NF E 90-399. Or, lors du travail avec un tracteur, les vibrations transmises au conducteur sont en moyenne de 0,8 m.s-2. En comparaison, dans une voiture, sur une route en bon état, les vibrations ne sont que de 0,3 m.s-2.

Les vibrations se propagent dans le tracteur, d'abord absorbées par le pneu, puis la cabine et le pont avant s'ils sont suspendus, et enfin le siège. Celles qui n'ont pas été absorbées par ces différents éléments pénètrent dans le corps de l'agriculteur. Le pneu, la cabine et le siège se révèlent donc les trois leviers principaux pour réduire ces expositions.

Un pneu qui absorbe les vibrations

Une pression non adaptée entraine une détérioration du pneu et les fonctions de celui-ci ne sont alors plus assurées correctement. Si le pneu est sous-gonflé, par exemple, il "rebondit" sur le sol ce qui entraîne une usure anormale des épaules et des barrettes (seule une sur deux est usée). Au lieu d'être atténué, le niveau de vibrations transmises à l'agriculteur risque d'être augmenté. A l'inverse, si le pneu est surgonflé, cela diminue son empreinte au sol. La surface absorbant les vibrations est alors réduite. « Avec les pneus bénéficiant de la norme technologique VF (Very High Flexion),la pression appliquée ne varie plus en fonction de la vitesse d'avancement. L'agriculteur n'a désormais plus besoin d'adapter la pression entre la route et le champ ce qui lui permet d'être constamment à basse pression. C'est la configuration idéale pour l'absorption des vibrations. C'est cette technologie que Bridgestone a valorisé sur sa gamme de pneus haut de gamme VT – Tractor. »

Au-delà des vibrations, la qualité du pneumatique intervient dans l'adhérence et la tenue de route et donc la prévention du risque de retournement.

TNC