le 24/12/2015 à 11:20

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Elections régionales Les agriculteurs élus aux conseils régionaux

Lors des élections régionales des 6 et 13 décembre 2015, quelques agriculteurs se sont engagés sur les listes électorales. Certains, bien placés sur ces listes, ont été élus.

Q uelques semaines après la tenue des élections régionales des 6 et 13 décembre 2015, il reste difficile de savoir précisément quel est le nombre d'agriculteurs élus dans les 13 nouveaux conseils régionaux. Il n'existe pas de fichiers officiels mentionnant la profession des nouveaux élus. Pour l'heure, la rédaction en a recensé une quarantaine. Mais, selon les régions ou les listes ayant obtenu des sièges, la mention de la profession des élus fait parfois défaut.

Le monde agricole globalement bien représenté

Malgré les craintes de nombreux producteurs et personnalités agricoles, la représentation des agriculteurs dans les nouveaux conseils régionaux peut être considérée satisfaisante d'un point de vue démographique. Les nouvelles assemblées régionales comptent un total de 1 757 élus. Avec au moins 40 sièges obtenus au sein des listes d'union de la Droite ou de la Gauche ou du Front national, on peut d'ores et déjà dire que les agriculteurs occupent près de 2,5 % des sièges disponibles. Ce pourcentage correspond à peu près à la part des agriculteurs dans la population active.

En considérant la proportion d'agriculteurs au sein de la population totale en âge de voter, les actifs agricoles non-salariés seraient même sur-représentés. Mais en l'absence de chiffres exhaustifs, l'analyse ne peut être faite qu'au niveau national et non régional.

Sens civique et engagement

Quoi qu'il en soit, les agriculteurs se sont d'abord illustrés par leur civisme lors de ce scrutin. Selon le baromètre Terre-net Bva, 89 % des agriculteurs avaient indiqué, quelques semaines avant le premier tour des élections régionales, qu'ils accompliraient leur devoir civique. De nombreuses personnes ont par ailleurs exprimé leur crainte de voir les nouvelles régions prendre trop de pouvoir dans la politique agricole, avec notamment la gestion des fonds du deuxième pilier de la Pac. Certains avaient décidé de franchir le pas en s'engageant sur des listes électorales.

Parmi ceux qui se sont engagés, citons Jean-Louis Cazaubon, président de la Chambre régionale d'agriculture de Midi-Pyrénées, président de la Chambre d'agriculture des Hautes-Pyrénées et premier vice-président de l'APCA, et Raymond Vial, président de la Chambre d'agriculture de la Loire et chargé de l'installation à l'APCA. Tous deux ont été élus. Daniel Prieur, secrétaire général adjoint de la FNSEA et président du groupe Monde rural, ne l'a pas été.

TNC