le 19/01/2016 à 14:20

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Plan d’urgence pour l’emploi Coop de France approuve, dans l’attente de « déclinaisons concrètes »

Le chef de l’Etat a profité de ses vœux au monde de l’entreprise pour présenter un plan d’urgence pour l’emploi. Pour les coopératives agricoles, ce plan constitue un « signal positif » pour la compétitivité de l’agriculture, à condition qu’il soit suivi de « déclinaisons concrètes ».

« La Fédération accueille favorablement le message sur la compétitivité et les entreprises porté par le président de la République, explique Coop de France dans un communiqué. Elle rappelle que cette priorité a été inscrite dans son projet stratégique "Coop de France 2020" lors de son congrès qui s'est tenu le 17 décembre 2015. »

Lors de la présentation des vœux de François Hollande au monde de l'entreprise, lundi 18 janvier au Palais d'Iena, Coop de France était représentée par son président Michel Prugue, également président du groupe de la coopération au Conseil économique, social et environnemental, et par Pascal Viné, délégué général de Coop de France.

« Coop de France est satisfaite de la transformation du CICE en mesure d'exonération des charges sociales qui va permettre de faire bénéficier nos entreprises-coopératives de mesures dont elles étaient jusqu'à ce jour exclues. Cette mesure doit être mise en œuvre sans délai, pour leur permettre de retrouver le chemin d'une plus grande compétitivité. »

« Les mesures annoncées sur l'innovation, la formation des salariés et des demandeurs d'emplois constituent également des signaux positifs. »

Les coops toujours exclues du crédit impôt-recherche

« Ainsi, la pérennisation du crédit impôt-recherche (CIR) dans sa forme actuelle est une décision qui sécurise les efforts d'innovation engagés par les filiales de nos coopératives. Cependant Coop de France demande des mesures adaptées afin que le CIR bénéficie aux coopératives agricoles, actuellement exclues de ce dispositif alors qu'elles mettent en œuvre des politiques de recherche et de développement importantes et essentielles pour la compétitivité de notre agriculture. »

« En matière de formation en alternance, les coopératives adhérentes à Coop de France ont conclu en 2014 un millier de contrats d'apprentissage et 500 contrats de professionnalisation. En outre, Coop de France a signé l'accord pour le développement des compétences et de l'emploi dans la filière alimentaire. Aux côtés de l'ANIA et de la CGAD, la coopération agricole honore ainsi les engagements pris dans le cadre du Pacte de responsabilité, comme en témoigne la progression de l'emploi de + 1,52 % en 2014. »

« L'instauration d'une prime à l'embauche de 2 000 € constitue un encouragement en faveur de l'emploi dans les coopératives agricoles, puisqu'une très large majorité d'entre-elles ont un effectif inférieur à 250 salariés. »

TNC