le 21/01/2016 à 07:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Transmission des exploitations Raymond Vial :« La transmission est essentielle pour l’avenir de l’agriculture »

Raymond Vial est responsable de la transmission/installation à l'APCA. (©TNC)

Raymond Vial est responsable de la transmission/installation à l'APCA. (©TNC)

Eleveur de bovins viande et de lapins dans le Loire mais également président de la Chambre d’agriculture de la Loire et responsable de la transmission/installation à l’APCA, Raymond Vial livre son avis sur l'importance de préparer sa transmission d'exploitation.

« Il y a quelques années, les fermes se transmettaient en général au sein d'une même famille, entre parents et enfants.

Aujourd'hui, 40 % des installations au niveau national se font hors du cadre familial. L'agriculture devient une activité toujours plus capitalistique. Souvent, les cédants confondent patrimoine professionnel et familial. Avec de plus en plus de candidats extérieurs au cercle familial, les transmissions se complexifient.

La préparation et l'accompagnement de ce moment clé de la carrière des exploitants, cédants comme repreneurs, sont essentiels pour l'avenir de l'agriculture française.

Les outils disponibles sont en cours de rénovation et seront opérationnels à partir de janvier 2016. Parmi eux, le répertoire départemental à l'installation, qui sera généralisé à l'ensemble des départements.

Tout agriculteur souhaitant céder sa ferme pourra désormais s'y inscrire et ceux voulant s'installer pourront le consulter.

Un exploitant agricole, qui envisage de transmettre son exploitation, doit déposer une Dica (Déclaration d'intention de cessation d'activité) au minimum cinq ans avant son départ à la retraite. Un document indispensable pour que la Chambre d'agriculture puisse l'accompagner.

Une fois que le cédant et un candidat à la reprise ont été mis en relation, ce dernier peut effectuer un stage sur l'exploitation à reprendre, pour d'une part la découvrir et de l'autre, discuter sereinement des conditions de rachat de l'outil de travail.

Par ailleurs, l'accompagnement des Chambres d'agriculture donne parfois une seconde vie aux entreprises agricoles et notamment aux élevages qui, au fil du temps, se sont retrouvés dans un espace urbanisé. Dans ce cas, nous cherchons toujours des possibilités de réorientation. »

TNC