le 18/02/2016 à 10:00

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

COP 21 COP 21, récit d’un évènement communicant

Saf agr'iDées

Saf agr'iDées

1 / 2

Réunissant une journaliste- reporter présente sur place, des communicants, une spécialiste de la RSE et le représentant d’une entreprise exposante, un petit déjeuner organisé par l’agence ENTRECOM a fait ressortir les grandes tendances de cet évènement, sous l’angle de la communication.

Premiers constat intéressant : la COP21, dès les premières campagnes lancées en amont a véhiculé des messages où l’on parle moins de réduction que de transition, d’atténuation et d’adaptation de la part de tous les acteurs impliqués. Nouvelle posture donc, mais aussi « nouvelle géographie politique » où le climat devient « destination » et fait émerger les solutions de chaque pays du monde ayant entrepris d’être producteurs de ses propres besoins en énergies. « Dans cette nouvelle échelle temps-espace, les territoires deviennent aussi des parties prenantes de la transition énergétique et le montrent ! » commente Véronique Prou, consultante RSE.
Autre grande tendance observée : la fin des messages culpabilisants, laissant la place aux initiatives communes et aux actions de la société civile et des « anti-héros », pour changer « notre climat ». Du côté des entreprises et institutions publiques, la COP 21 a été une vitrine de solutions, pas seulement pendant la période de de l’évènement et à Paris, mais aussi sur un agenda plus long et partout en France. Certains s’en sont d’ailleurs mieux sortis que d’autres dans l’art de communiquer sur ce sujet sensible (certaines ONG excellant désormais en matière de « brandalism », à coup d’affichage sauvage ou de dessins humoristiques multipartagés sur les réseaux sociaux).
Face aux consommateurs-citoyens de plus en plus déterminés à s’engager, les marques gagnantes ont été selon les experts réunis par Entrecom celles ayant déjà dans leur ADN la RSE et la complicité avec leurs clients, ou encore celles guidant depuis toujours les consommateurs dans leurs démarches « climate friendly ». Dans ces deux-cas, la communication mise en œuvre est plus naturelle, décomplexée et percutante. Plus suiveuses, les marques « agiles ou sensibles » jouent pour leur part la carte de la pédagogie et de l’innovation, y compris en interne vers les salariés.
La COP21 aura donc été aussi la vitrine de toutes ces stratégies de communication, dans un contexte politique pesant certes, mais sur un « terrain d’expérimentation en temps réel » assez exceptionnel !
Consultez l'article complet en cliquant ici.

Saf agr'iDées