le 18/05/2016 à 16:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Accord UE-Mercosur La FNB se félicite de l’attitude de l’UE pour le secteur de la viande bovine

A l’inverse des échanges avec les Etats-Unis sur le TTIP, ceux marquant la reprise des négociations commerciales entre l’UE et le Mercosur sont sources de satisfactions à la FNB. La viande bovine est un sujet qui n’a pas été abordé. Mais le syndicat s’interroge sur la légitimité d’un mandat de négociation vieux de dix-sept ans.

« La reprise des négociations commerciales entre l'Europe et le Mercosur a été officialisée la semaine dernière sous la forme d'un échange d'offres entre les partenaires intervenu le 11 mai dernier, rappelle la Fédération nationale bovine dans un communiqué. L'offre d'ouverture européenne ne contient aucune proposition sur la viande de bœuf. Ce serait un abus de langage que de dire que la viande de bœuf sera exclue des négociations, car il s'agit plutôt d'un report de calendrier. »

« La FNB tient à saluer la détermination dont ont fait preuve la présidence et le Gouvernement français et les invite à poursuivre dans cette voie car les fondamentaux du marché demeurent inchangés. D'ailleurs, il n'appartenait pas à la Commission de présenter, aussi précocement, une offre sur la viande bovine qui est un produit offensif pour les pays du Mercosur. »

« Plus généralement, il est légitime de s'interroger sur les conditions d'octroi des mandats de négociations délivrés à la Commission. Celui relatif au Mercosur, délivré par le Conseil, date de 1999 et n'a plus de sens tant la situation économique, la consommation ont profondément évolué depuis cette date. Il serait, en conséquence, judicieux d'introduire des clauses de caducité dans les mandats de négociation afin de leur redonner la légitimité politique nécessaire. »

TNC