le 19/05/2016 à 18:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Géopolitique, Pac et marchés agricoles Américains, Britanniques tentés par le Brexit, ne vous « trumpez » pas !

Les élections US et le « Brexit » peuvent-ils impacter les marchés des matières premières agricoles mondiaux et européens ? Pas directement selon Gautier Le Molgat, consultant associé chez Agritel. L’expert explique les possibles effets indirects pour le secteur agricole, notamment sur la Pac.

Le 23 juin prochain, les Britanniques se prononceront pour leur sortie, ou non, de l'Union européenne. Le fameux « Brexit », s'il était acté par nos voisins d'outre-Manche peut-il avoir un impact sur les marchés agricoles européens ? « Pas directement », répond Gautier Le Molgat, consultant associé chez Agritel. Mais quelques effets indirects seraient à envisager. « Le premier impact serait monétaire. Un retrait du Royaume-Uni mettrait à mal une bonne partie des relations commerciales avec l'UE et ses pays membres. Une dépréciation de la livre Sterling pourrait engendrer un surcoût des importations britanniques et impacterait l'équilibre commercial du pays.

Outre l'effet monétaire, la conséquence agricole la plus importante concernerait sans doute la Pac. « Quid de la Pac pour un pays qui quitte l'UE ? », questionne l'expert. Il faut aussi se demander ce qu'il adviendra de l'équilibre fragile du budget européen, et donc du premier poste budgétaire de l'UE : la Pac ! Le Royaume-Uni est contributeur net de l'UE malgré le « chèque britannique » négocié au début des années 80 par Margaret Thatcher pour obtenir une ristourne sur sa contribution. Ainsi, comme la France ou l'Allemagne, les Britanniques donnent davantage que ce qu'ils reçoivent, pour financer le développement des pays de l'Est et du Sud qui sont bénéficiaires nets.

Un « Brexit » engendrerait un nécessaire ajustement budgétaire et une révision de la contribution de chaque pays membre, dont la France.

Une politique plus agressive des Etats-Unis ?

De l'autre côté de l'Atlantique, les élections américaines de cette fin 2016 ne pourraient-elles pas, elles-aussi, impacter les marchés agricoles ? Possible. En tout cas, « les élections sont suivies de très près par les opérateurs des places de marchés. Si on joue un match Trump-Clinton, il risque d'y avoir de grosses spéculations sur les résultats, et donc sur les devises, et sur le dollar.

Selon Gautier Le Molgat, un président conservateur pourrait s'accommoder d'un dollar plus faible pour dynamiser l'économie des Etats-Unis. Le maintien d'un président démocrate aurait probablement moins d'impact.

TNC