le 21/06/2016 à 09:00

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

PRODUCTIONS ANIMALES Comment réenchanter la consommation de viande ?

Saf agr'iDées

Saf agr'iDées

Le colloque organisé le 31 mai 2016 à Paris par Viande, Sciences et Société (CIV – Centre d’information des viandes) a réuni un large public intéressé par l’étude de nos liens avec les animaux d’élevage.

Continuerons-nous à manger de la viande au 21ème siècle ? Oui, mais à condition de trouver la bonne voie, peut-être plus « en conscience et qualitative » comme le soulignait Bruno Hérault, du centre d’études et de prospective du ministère de l’Agriculture…mais sans oublier les acteurs économiques des filières rappelait dans la salle les représentants des producteurs. Et en sachant qu’alors qu’aucun type d’élevage n’est aujourd’hui épargné par les controverses médiatiques, les attaques, la méfiance des consommateurs, « les relations demeurent tendues entre acteurs du monde associatif et du monde agricole » selon Elsa Delanoue, doctorante de l’institut de l’élevage et CNRS.
Tous les acteurs de la filière concernés se posent des questions, essaient de suivre le rythme, de s’adapter à la pression…face à des consommateurs plus exigeants et informés, y compris en terme de bien-être animal, comme l’a souligné Lucille Boisseau-Sowinski, maître de conférence en droit privé à l’université de Limoges. Un constat qu’avait aussi fait notre think tank saf agr’iDées qui avait publié en 2014 une double Note sur le statut de l’animal.
La deuxième table ronde du colloque sur les pratiques des consommateurs et de la distribution a confirmé les bouleversements en cours : de nouvelles tendances émergent et doivent être satisfaites, que ce soit en magasins ou en restauration collective. « Le consommateur peut se contredire, cherchant le prêt à consommer en semaine et le culinaire le week-end*» a souligné Stéphane Gouin (AgroCampus Ouest). Des mangeurs pluriels à satisfaire ? L’occasion pour les acteurs de la distribution de retisser de nouveaux liens avec leur clientèle. Une tendance confirmée par le représentant du groupe Carrefour Hervé Gomichon : « Nous constatons en effet une baisse des achats de viande, mais une réelle stabilité des produits transformés. Nous enrichissons aussi notre offre en viande haut de gamme, bio ou maturée, mais aussi en produits vegans goûteux et variés.» …Une « culture viande » et des aliments à base de tofu etc. aux goûts différents qu’il est encore difficile d’intégrer dans la restauration collective, notamment pour les scolaires, a relevé Carole Galissant, de Sodexo.
Autre constat, « le besoin de la part des consommateurs de transparence, de meilleure communication et de rencontre avec les éleveur. » a souligné Célia Potdevin, du CLCV. « Arrêtons tous de rechercher les produits les moins chers et payons les aliments à leur juste prix ! » a complété Stéphane Gouin…par un effort accru de pédagogie ? Egalement par un effort de bon sens et de nouvelles frontières à établir entre hommes et animaux dans une société en quête d’éthique, selon le philosophe Francis Wolff venu conclure les débats…Le « carnivorisme éthique » serait t-il cette fameuse troisième voie ?

Saf agr'iDées