le 27/07/2016 à 17:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Loi biodiversité Un collectif dénonce des « avancées inachevées pour la biodiversité agricole »

Le collectif « Semons la biodiversité » a réagi après l'adoption de la loi biodiversité par l'Assemblée nationale la semaine dernière, reconnaissant des avancées « actées » mais quelques points qui restent en suspens à leurs yeux.

« Plusieurs points primordiaux restent en suspens pour permettre pleinement à la France de s'inscrire dans un projet annoncé agroécologique », estime le collectif Semons la biodiversité. Par exemple, si les semences non-industrielles ont obtenu une « légitime reconnaissance », Semons la biodiversité déplore que la reconnaissance soit « limitée, pour ce qui concerne la vente, aux seules associations à but non lucratif. Les paysans et les artisans semenciers en sont exclus ». Les réglementations d'enregistrement, de plans de contrôle et d'analyses sanitaires concernant les échanges et ventes de semences sont « inapplicables par l'immense majorité des jardiniers amateurs », qui y seront pourtant désormais soumis, au même titre que les industriels.

Le collectif s'intéresse également au brevetage du vivant, interdit par la nouvelle loi sur les plantes et les animaux issus de procédés biologiques, tels que le croisement ou la sélection. « Mais le brevetage du vivant est aujourd'hui étroitement lié au développement des techniques de génie génétique et de bioinformatique. Sous la pression des lobbys industriels, le Parlement a refusé d'aborder la réglementation des nouveaux OGM qui en sont issus et d'interdire les brevets sur les gènes natifs qu'elles permettent », rappelle le communiqué.

Enfin, si l'interdiction des néonicotinoïdes est pour le collectif une « victoire incontestable », il n'en reste pas moins que la date « tardive » de 2018 et la possibilité de dérogations jusqu'en 2020 lui apparaissent regrettables, « au regard des certitudes scientifiques acquises quant aux dommages sanitaires et écologiques générés par ces insecticides et au préjudice subi par les apiculteurs ».

TNC