le 10/08/2016 à 10:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Lactalis Xavier Beulin demande à rencontrer Emmanuel Besnier, le patron du groupe

Banderole en bordure de route, en Bretagne. (©@FDSEA35 (compte twitter de la FDSEA 35))

Banderole en bordure de route, en Bretagne. (©@FDSEA35 (compte twitter de la FDSEA 35))

Le président de la FNSEA Xavier Beulin a expressément demandé, par courrier, un rendez-vous au patron de Lactalis Emmanuel Besnier, accompagné de Thierry Roquefeuil, le président de la FNPL.

Dans un courrier daté du 4 août 2016, Xavier Beulin et Thierry Roquefeuil, présidents de la FNSEA et de la FNPL, demandent un rendez-vous à Emmanuel Besnier, le patron de Lactalis.

Depuis plusieurs mois, et encore davantage ces dernières semaines, les éleveurs livrant au géant laitier dénoncent l'attitude « méprisante » du groupe à leur égard, compte tenu des prix du lait payés et de la crise que traverse les éleveurs depuis plus d'un an.

« Pour le mois d'août, le prix annoncé par Lactalis pour la Basse-Normandie atteint 213,75 euros pour 1 000 litres, auxquels s'ajoute un impact négatif de la flexibilité de 9,18 euros pour 1 000 litres et un complément de 48,37 euros pour 1 000 litres octroyé "généreusement" par la laiterie! Pendant ce temps, les autres laiteries normandes affichent un prix de base compris entre 270 et 310 euros pour 1 000 litres », expliquent les producteurs de l'organisation des producteurs Normandie Centre, livrant au groupe.

Sur le terrain, les éleveurs de l'Ouest multiplient les actions pour dénoncer l'attitude de l'industriel. Outre des blocages notamment dans la Manche, des banderoles en bordure de routes et autres inscriptions sur le bitume fleurissent. « Lactalis ruine ses éleveurs » peut-on lire sur bon nombre d'entre elles. Selon Etienne Fourmont, ancien administrateur de Jeunes agriculteurs et éleveur dans la Sarthe, le groupe aurait envoyé des huissiers pour retirer les inscriptions le long des routes.

Dans leur courrier, les responsables syndicaux dénoncent le refus du groupe de signer la charte laitière de valeurs initiée par la FNPL et signée par les distributeurs et bon nombre de collecteurs. Xavier Beulin et Thierry Roquefeuil veulent aussi « éviter la stérile surenchère médiatique, qui ne peut conduire qu'à plus de désespoir et de colère ».

Pour l'heure, le leader du groupe n'a pas donné suite à cette demande.

De nouvelles plantes fleurissent aux bords des champs :-). Les producteurs sèment et #Lactalis récolte. pic.twitter.com/XyatRcvD6B

TNC