le 19/08/2016 à 18:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Occupation illégale de terres agricoles Les agriculteurs impuissants face au non-respect de la loi par les élus

Les agriculteurs franciliens se retrouvent régulièrement confrontés à des occupations illégales de gens du voyage sur leurs terres agricoles.(©@FDSEAIDF)

Les agriculteurs franciliens se retrouvent régulièrement confrontés à des occupations illégales de gens du voyage sur leurs terres agricoles.(©@FDSEAIDF)

Après une occupation illégale sur une parcelle agricole des Yvelines par des gens du voyage, les agriculteurs locaux dénoncent l’inapplication de la loi en vigueur par les élus eux-mêmes. 16 ans après la promulgation d’une loi relative à l’accueil des gens du voyage, les élus locaux n’ont toujours pas créé les aires de grand passage initialement prévues.

D es agriculteurs des Yvelines manifestaient, ce vendredi 19 août sur une parcelle bordant la commune de Houdan, dans le sud du département, pour dénoncer l' occupation illégale durant trois jours de la parcelle par des gens du voyage. Dès le lendemain de leur arrivée, l'agriculteur propriétaire, de même que la mairie de Houdan, avaient saisi la justice en référé. Si, après l'intervention du préfet, les plus de 100 caravanes qui s'y étaient installées ont repris la route avant même que le tribunal ne les y contraigne, les agriculteurs locaux entendent dénoncer l'inapplication de la loi par les élus eux-mêmes.

Aucune aire de grand passage

Depuis juillet 2000, la loi relative à l'accueil et à l'habitat des gens du voyage impose l'élaboration d'un schéma départemental d'accueil des gens du voyage, avec obligation pour les communes de plus de 5 000 habitants de participer à l'accueil de ces derniers, en créant des aires d'accueil sur leur ban communal.

16 ans après, les petites aires aménagées se sont bel et bien multipliées mais de manière inégale sur le territoire. Mais surtout, le texte ne précise toujours pas le titulaire de l'obligation de création et d'entretien des aires de grand passage permettant l'accueil de 50 caravanes et plus. « Des interrogations majeures subsistent sur le fonctionnement et le financement des infrastructures, l'entretien de ces aires et l'assainissement », comme s'en sont régulièrement plaints des parlementaires auprès du Gouvernement au Sénat ou à l'Assemblée nationale.

Les communautés d'agglomération et les mairies ne semblent pas pressées pour créer ces infrastructures sur leur territoire, craignant des nuisances pour leurs habitants. Résultat : de nombreux départements, à l'instar des Yvelines, n'en sont toujours pas équipé du moindre site d'accueil dit « de grand passage ».

« Nous n'avons rien contre les gens du voyage, mais nos terrains ne sont pas des camping », martèle François Lecocq, responsable cantonal à la FDSEA des Yvelines. Les producteurs franciliens demandent la simple application de la loi par les élus. En attendant, l'agriculteur victime de cette nouvelle intrusion illégale ne pourra pas faucher, comme prévu, sa parcelle de 3 hectares.

CP Actionsyndicale #FDSEA #JA Houdan Récupérons nos #terres RDV demain 9h Avenue de Maulette https://t.co/PFzPSMBOp0 pic.twitter.com/AJXQskHEhO

//

VIDEO. La #FDSEA proteste contre l'occupation d'un champ par les gens du voyage | https://t.co/RnUCl9HX6m @FDSEAIDF pic.twitter.com/gR6HQIgN0V

TNC