le 08/09/2016 à 18:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Conseil colza de Terres Inovia Semis ou levées tardifs, rien n’est perdu

La graine de colza doit être disposée à plus de 2 cm de profondeur pour survivre au manque d'eau. (©TNC)

La graine de colza doit être disposée à plus de 2 cm de profondeur pour survivre au manque d'eau. (©TNC)

L’absence ou le manque de pluie perturbent les semis et les levées des colzas. Certaines parcelles ont pu bénéficier d'une humidité suffisante ou, récemment, de précipitations permettant la germination et la levée des colzas. D'autres continuent de souffrir du manque d’eau avec des semis retardés et des levées qui ne sont pas encore engagées.

Les spécialistes de Terres Inovia se veulent rassurants quant à la situation des parcelles de colza confrontées à la sécheresse. « Si les semis ont été réalisés mais que la levée tarde, la situation ne deviendra préoccupante qu'à la fin du mois de septembre. Il reste donc plus de trois semaines avant l'émergence d'un risque pour le rendement. Même avec une levée début octobre, en l'absence de facteurs limitants, le colza atteindra probablement un stade qui lui permette d'emmagasiner suffisamment de ressources pour passer l'hiver. »

Pour les colzas non semés, « il est conseillé de semer dès que possible même dans le sec, quitte à devoir attendre la levée du colza. Ne pas semer de manière trop superficielle, au moins à 2 cm, pour éviter qu'une faible pluie engage la germination des graines de colza qui, sans pluies significatives derrière, se dessécheraient. Semer en profondeur retarde la levée mais assure la viabilité des graines. »

Les levées tardives sont à suivre de près

Dans tous les cas, même si elles ne compromettent pas le rendement, les levées tardives sont plus exposées à la grosse altise, larves et adultes, ainsi qu'aux limaces. Il est donc conseillé de suivre attentivement ces colzas ainsi que de soigner le désherbage. Les sols secs sont en effet défavorables à l'efficacité des herbicides de prélevée. Mieux vaut attendre le retour des pluies pour traiter.

« Deux cas de figures sont à envisager :

- les pluies permettent de rentrer dans les champs très rapidement (après 2-3 jours). Il sera encore possible de faire une pré-levée et donc d'utiliser les produits de pré-levée strict (Altiplano, Axter, Colzor Trio, Nimbus, Centium).

- les pluies sont trop conséquentes pour intervenir les jours suivants. Le colza devrait lever rapidement. Il est préférable d'attendre le stade rayonnant et de choisir des produits de post-levée précoce (Novall, Butisan, Rapsan Tdi, Alabama, Springbok). Ce choix permet aussi de limiter le risque de manque de sélectivité sur des colzas levés tardivement. Dans ce contexte de levée difficile, éviter coûte que coûte de faire subir tout stress supplémentaire à la culture. »

Faut-il ressemer en cas de levée partielle ?

Le colza a une croissance lente durant les premières semaines de végétation. Ne pas se précipiter en sous-estimant le peuplement en place. Si, à ce jour, vous disposez d'un peuplement régulier compris entre 10 et 15 plantes, le potentiel de votre culture est quasiment intact. Les plantes en place ont levé tôt et vont profiter de l'automne pour s'étoffer et atteindre des biomasses importantes. Si vous êtes en dessous de 10 plantes/m², vous pouvez envisager de re-semer mais uniquement si vous constatez que les graines qui ont germé sont mortes par dessèchement.

N.B : Source : Terres Inovia

TNC