• Accueil
  • Actualités
  • Dans son « contrat présidentiel », Bruno Le Maire défend 15 chantiers agricoles

le 27/09/2016 à 18:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Présidentielle 2017 Dans son « contrat présidentiel », Bruno Le Maire défend 15 chantiers agricoles

Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite et du centre, consacre une cinquantaine de pages de son projet présidentiel à l'agriculture. (©TNC)

Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite et du centre, consacre une cinquantaine de pages de son projet présidentiel à l'agriculture. (©TNC)

Pour la primaire de la droite et du centre et, de surcroît pour la présidentielle 2017, que défend le candidat Bruno Le Maire ? Dans son « contrat présidentiel » de plus de 1 000 pages, l’ancien ministre de l’agriculture détaille en une cinquantaine de pages ses 15 chantiers prioritaires pour le secteur agricole. Les détails.

Sur les 1 000 pages que compte son « contrat présidentiel » présenté samedi 17 septembre, Bruno Le Maire laisse une place de choix au secteur agricole. Non pas seulement parce que l'agriculture arrive logiquement en tête de la présentation alphabétique de son programme, mais aussi parce qu'après être resté près de trois ans ministre de l'agriculture du gouvernement Fillon, il est le plus « expérimenté » des sept candidats à la primaire de la droite et du centre, en matière de problématiques agricoles.

Son « contrat présidentiel » comporte 12 chantiers prioritaires « pour une France plus juste », notamment en matière de logement, de dépenses publiques, d'éducation, d'impôts et de santé. Aucun de ces chantiers prioritaires n'est spécifiquement consacré à l'agriculture. Mais le candidat a réservé au secteur agricole une quinzaine de fiches thématiques, le tout détaillé en une cinquantaine de pages, auxquelles s'ajoutent des promesses distillées dans d'autres parties de son programme.

Régulation des prix et simplification des normes

Parmi ces chantiers agricoles (voir la liste ci-dessous), l'ancien ministre promet de créer un « mécanisme de garantie des prix aux éleveurs au niveau européen », un « outil qui stabilisera un prix d'équilibre aux producteurs ». En complément, « une négociation sur la réforme de la Pac devra être conduite et plus particulièrement sur deux volets : la régulation des marchés et une assurance climatique universelle, dont l'objectif sera de soutenir les plus fragiles ».

Sur le plan national, Bruno Le Maire veut « défendre la préférence locale notamment en matière d'achats publics pour la restauration collective ». Il souhaite également « simplifier les normes afin de gagner en compétitivité, y compris en matière de travail saisonnier ».

En matière d'investissement, il entend relancer un « plan ambitieux pour la construction de retenues d'eau », mais aussi d'autres plans pour développer la méthanisation et l'agriculture biologique.

Primaire: la liste des chantiers agricoles de Bruno Le Maire
• Pour les éleveurs laitiers, mise en œuvre d’une garantie de prix en cas de crise, accompagnée d’un programme de responsabilisation face aux risques
• La défense d’une « autre politique agricole commune »
• En matière de contractualisation, simplifier et favoriser le regroupement des producteurs via des organisations de producteurs plus souples, élargir les capacités du médiateur des relations agricoles
• En matière administrative, remonter par le terrain les problèmes concrets des agriculteurs au quotidien, stopper toute surenchère réglementaire par rapport aux règles européennes
• Un plan concerté pour la revitalisation de nos campagnes, intégrant notamment un déploiement plus important du numérique
• Une réforme des taxes affectant le foncier agricole pour mieux préserver les terres agricoles
• Créer un véritable marché local en fixant des règles spécifiques et incitatives
• Valoriser la qualité de la production agricole, notamment en valorisant les produits de terroir et les circuits-courts et en renforçant le développement du label « Bienvenue à la ferme » porté par les chambres d’agriculture
• Faire en sorte que la France tire pleinement profit de ses richesses maritimes en mobilisant les différentes filières de la mer
• En matière de numérique, créer dans chaque région un comité régional du numérique agricole et créer une plateforme des données agricoles françaises (Open Data)
• Prévenir la tragédie du suicide des agriculteurs en optimisant le système de prévention existant
• Simplifier les contraintes en matière de travail saisonnier, en baissant notamment son coût pour les employeurs
• Mise en place un dispositif ambitieux d’accompagnement à l’investissement dans des retenues d’eau
• Encourager davantage la méthanisation
• Protéger davantage les élevages des attaques de loups

TNC