le 17/07/2017 à 12:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Canal Seine-Nord-Europe La « pause » annoncée sur le chantier inquiète la filière céréalière

La « pause » quant à la construction du canal Seine-Nord-Europe, annoncée par Nicolas Hulot et Elisabeth Borne, respectivement ministres de la transition écologique et des transports, inquiète la filière céréalière, et en particulier le comité régional des céréales Hauts-de-France.

La filière céréalière des Hauts-de-France s’inquiète de la « pause » annoncée dans le chantier du canal Seine-Nord-Europe. Lors de sa séance plénière du 7 juillet 2017, sous la Présidence de Jacques de Villeneuve, le Comité régional des céréales des Hauts-de-France a « réaffirmé son attachement à la réalisation du Canal Seine-Nord et émis le voeu qu’en aucun cas, le calendrier des travaux ne soit remis en cause. »

Pour FranceAgriMer et le comité régional des céréales des Hauts de France, le projet de canal Seine-Nord constitue « un investissement structurant pour la région mais aussi tout le nord de l’Union européenne qui importe des volumes importants de céréales françaises. » « Cet investissement, cofinancé par l’Union européenne à hauteur de 1,7 milliard d’euros, permettra aux céréaliers d’utiliser la voie fluviale, mode de transport plus propre et moins polluant, dans la droite ligne de l’accord de Paris sur le climat ».

Le 6 juillet dernier, la ministre des transports Elisabeth Borne a expliqué devant les sénateurs qu’une « pause était nécessaire pour établir des priorités en matière de chantiers de transports, ajoutant que « l'argent doit prioritairement aller à l'entretien et à la modernisation. » « L'ajustement se fera donc forcément sur les grands projets », a-elle expliqué. Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique, a confirmé cette annonce.

Outre la filière céréalière, un éventuel report voire abandon du projet de canal Seine-Nord a fait grandement réagir les acteurs économiques et publics de la région des Hauts-de-France.

TNC