le 12/08/2017 à 12:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Oeufs contaminés au fipronil Des associations de consommateurs dénoncent l'absence de transparence

Des associations de défense de consommateurs ont dénoncé vendredi le manque de transparence des autorités françaises dans la gestion de la crise des œufs contaminés au fipronil.

« Pour l'instant, les consommateurs sont laissés dans le flou total. Ils ignorent quelles marques, quels produits (...) sont concernés. Les autorités doivent communiquer en toute transparence (...). Car on réalise aujourd'hui que nous avons mangé des œufs contaminés depuis plusieurs mois ! », a réagi Ingrid Kragl, directrice de l'information de l'ONG Foodwatch.

« Ce n'est pas responsable, cette façon de gérer la crise en France », a déclaré à l'AFP Alain Bazot, président de l'UFC-Que Choisir. « Il y a de quoi être extrêmement critique sur cette gestion opaque du sujet », a-t-il ajouté. Par ailleurs, l'avis émis par l'Agence de sécurité de l'alimentation (Anses) sur le risque pour la santé en cas de consommation d'œufs contaminés n'est « pas du tout rassurant » selon lui, étant donné qu'il est « entouré de précautions » et qu'il n'exclut pas le risque.

Les associations de défense de consommateurs ont également souligné les défaillances du système européen. « Cette fraude de grande ampleur révèle que le système de traçabilité au niveau européen ne fonctionne pas », a ainsi noté Foodwatch. « On voit la difficulté qu'a l'Europe à poser des interdictions », a souligné Alain Bazot. « Il y a un problème de coordination des Etats (...), à quand des contrôles européens coordonnés, des moyens, des sanctions ? », a t-il ajouté.

Le scandale des œufs contaminés a démarré la semaine dernière par le retrait de millions d'œufs des supermarchés allemands et néerlandais. A l'origine de l'affaire, l'utilisation du fipronil - un antiparasite strictement banni dans les élevages de poules par l'Union européenne - par des sociétés de désinfection intervenant dans des exploitations agricoles aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne.

AFP