le 14/09/2017 à 16:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Etats généraux de l'alimentation L'AGPM oscille entre espoirs et inquiétudes

L'Association générale des producteurs de maïs est partagée entre espoirs et inquiétudes à l'égard des Etats généraux de l'alimentation. Espoirs en raison de la recherche d'une meilleure valeur ajoutée et des déclarations du gouvernement sur la gestion de la ressource en eau. Inquiétudes concernant les dossiers du glyphosate, des néonicotinoïdes et des biotechnologies.

Dans un communiqué de presse, l'AGPM indique osciller entre espoirs et inquiétudes face aux discussions des Etats généraux de l'alimentation.

Les inquiétudes de la section spécialisée de la FNSEA résident d'abord dans les difficultés économiques des producteurs de maïs. Malgré une récolte qui s'annonce correcte, les prix ne sont pas au rendez-vous. Ensuite, concernant les dossiers du glyphosate, des néonicotinoïdes ou encore des biotechnologies, l'AGPM craint que les conclusions soient écrites avant même le débat. Et de s'interroger : « Comment être compétitif demain, face à des compétiteurs qui auront beaucoup plus de solutions pour mener à bien leurs productions ? Les producteurs de maïs sauront innover et s’adapter, à condition qu’on leur laisse du temps et utiliser des outils performants. »

Au niveau des espoirs portés par les Etats généraux de l'alimentation, l'AGPM cite « la recherche d'une meilleure valeur ajoutée pour la ferme France ». Enfin, « les déclarations des ministres Stéphane Travert et Nicolas Hulot en faveur d’une meilleure gestion de la ressource en eau, comprenant du stockage hivernal et la réutilisation des eaux usées traitées, vont dans le bon sens », selon le syndicat.

TNC