le 27/10/2017 à 14:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Insecticide à base de sulfoxaflor Générations futures dépose un recours contre le Closer et le Transform

Générations futures a déposé vendredi des recours contre l'autorisation controversée de deux pesticides (le Closer et le Transform) que les défenseurs de l'environnement accusent d'être néfastes pour les abeilles, a-t-on appris de sources judiciaires.

L'ONG a saisi en référé le tribunal administratif de Nice pour demander une suspension d'urgence de l'autorisation de mise sur le marché du Closer et du Transform, deux insecticides fabriqués par Dow AgroSciences, dont le principe actif est le sulfoxaflor, a indiqué son avocat Me François Lafforgue.

Un autre recours sur le fond demande l'annulation de la décision d'autorisation prise fin septembre par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Le tribunal administratif de Nice a confirmé à l'AFP avoir reçu les recours.

« La sûreté de ces deux produits pour les abeilles et les pollinisateurs n'est (...) pas établie et ils doivent en conséquence être immédiatement retirés du marché », a déclaré dans un communiqué le directeur de Générations Futures François Veillerette.

Face à la fronde des défenseurs de l'environnement contre la décision de l'Anses, le gouvernement a donné la semaine dernière trois mois aux autorités sanitaires pour confirmer ou non cette autorisation après examen de « nouvelles données ». L'Anses a assuré que « si le sulfoxaflor a un mode d'action similaire aux néonicotinoïdes, il se différencie cependant par sa très faible persistance dans les sols (1 à 4 jours contre 120 à 520 jours) et dans les plantes ». Elle s'est malgré tout engagée à évaluer « sans délai » les données nouvelles. Les néonicotinoïdes, qui s'attaquent au système nerveux des insectes, désorientent les pollinisateurs, contribuant au déclin spectaculaire des colonies d'abeilles. Ils touchent aussi des invertébrés terrestres et aquatiques et persistent dans l'eau et les sols. La loi sur la biodiversité de 2016 prévoit leur interdiction à partir du 1er septembre 2018, avec des dérogations possibles au cas par cas jusqu'au 1er juillet 2020.

AFP