le 01/11/2017 à 07:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Agroéquipement Frédéric Martin, Axema : « Vers une reprise relative du marché »

Les Agroéquipements à l'aube d'un nouveau cycle ? Ici un T9 New Holland au petit matin sur Innov-agri. (©TNC)

Les Agroéquipements à l'aube d'un nouveau cycle ? Ici un T9 New Holland au petit matin sur Innov-agri. (©TNC)

Bilan du premier semestre, conjoncture 2017, perspectives 2018 : Axema fait le point sur l’activité des industriels de l’agroéquipement. Si les carnets de commande repassent au vert, la reprise est encore fragile. La véritable sortie de crise devrait avoir lieu en 2018.

Une fois par an, Axema (le syndicat professionnel des fabricants de machines agricole français) interroge les dirigeants des entreprises françaises spécialisées dans la construction et l’importation de machines agricoles et d’entretien des espaces verts. L’objectif de cette enquête est de connaître leur situation économique et financière, ainsi que les perspectives pour 2018.

Au premier semestre 2017, par rapport à la même période l’an passé, les chiffres d’affaires des différents constructeurs ont augmenté. Cette tendance devrait s’accélérer au second semestre 2017 et encore davantage en 2018.

Parallèlement, les taux de marge ont remonté de 19 à 23 % entre le premier semestre 2016 et 2017. Chiffres à relativiser tout de même par rapport aux 39 % de taux de marges de l’ensemble des industries manufacturières en France. De plus, ce taux n’est que de 12 % pour les adhérents de l’Axema dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 50 millions d’euros, soit la majorité d’entre eux en nombre (86 %). Cette faible embellie est liée au coût des matières premières, qui reste élevé, et notamment à celui de l’acier, qui progresse de 15,7 % entre janvier et août 2017 selon l'Insee.

Toutefois, il faut noter une reprise des commandes depuis le début de l’année chez 45 % des fabricants de matériel enquêtés, sachant que ces augmentations sont « surtout » mécaniques, 2016 ayant été catastrophique.

Selon Frédéric Martin, directeur chez MX et nouveau président d’Axema, les « agroéquipementiers » ont pour la plupart échappé à « l’effet ciseaux », entre « la baisse des volumes de vente et la hausse des cours de matières premières, qui aurait été préjudiciable à l’industrie française ». Les portefeuilles de commandes plus remplis sont ainsi un vrai soulagement pour beaucoup d’industriels.

Autre indice en faveur de l’amélioration de la conjoncture : si le nombre de tracteurs agricoles immatriculés de janvier à fin septembre 2017 est en baisse, les échanges d’ordres (NDLR : volumes de commandes de tracteurs déclarés par les constructeurs à Axema) sont en progression.

Les fabricants « anticipent une réelle reprise en 2018, mais pour le moment celle-ci est relative », notamment pour les plus petites structures, conclut Frédéric Martin. Axema, sous la nouvelle présidence, s’est donné une nouvelle feuille de route qui vise à « construire l’avenir des agroéquipements pour une agriculture pérenne ». Espérons que la reprise soit effective, la pérennité de la filière française en dépend.

TNC