le 09/11/2017 à 12:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Prairies Préparez vos pâtures à affronter l'hiver

L'herbe doit être pâturée rase à l'automne afin d'affronter l'hiver et de repousser normalement au printemps suivant. (©Terre-net média)

L'herbe doit être pâturée rase à l'automne afin d'affronter l'hiver et de repousser normalement au printemps suivant. (©Terre-net média)

Coupe rase, derniers pâturages, ébousage, fertilisation... L'automne n'est pas de tout repos pour les prairies. Et l'enjeu est de taille : l'herbe doit être préparée à affronter l'hiver pour assurer sa repousse au printemps suivant.

Même si l'herbe est l'aliment qualifié de moins coûteux, il reste primordial d'entretenir les prairies afin d'assurer leur pérennité. L'hiver est une période de repos végétatif mais les parcelles doivent y être préparées.

Herbe rase à l'automne pour une productivité au printemps

Les dernières semaines de pâturage doivent servir à "raser" l'herbe. En effet, il faut que celle-ci soit à une hauteur basse (5 à 6 cm, d'après le réseau agriculture durable) pour assurer sa repousse au printemps. Puisque l'herbe n'est plus très riche à cette période de l'année, vous pouvez faire pâturer les animaux moins exigeants (vaches taries ou génisses par exemple) et n'hésitez pas à les complémenter si besoin. Attention cependant à ne pas abuser en tendant vers du surpâturage qui favoriserait le piétinement et détruirait la flore en place. Si les animaux ne peuvent plus être sortis ou ne parviennent pas à tout raser, on peut envisager une coupe de nettoyage. L'objectif est de favoriser son retour à la végétation pour la prochaine saison. Si l'herbe affronte l'hiver en étant longue, elle ne sera plus consommée après les gelées et gênera la repousse des jeunes plantules. Si elle affronte en plus la neige, elle pourrira et laissera des trous au printemps. Il faut aussi penser à laisser de la place aux légumineuses qui ont besoin de lumière pour pousser.

Apporter et répartir ce qu'il faut à l'herbe

Suite au dernier pâturage, si les premières gelées n'ont pas encore pointé, il est préférable d'ébouser afin de répartir la matière organique et limiter les zones de refus ou de vide qui laisseraient la place aux adventices. D'autant plus qu'à cette période de l'année, les bouses se dégradent plus lentement. Un compost ou fumier très mûr peut être apporté à l'automne et une analyse de terre devrait permettre de vérifier les teneurs du sol en phosphore et potasse. Faut-il chauler ? Cela dépendra de la valeur du pH eau à l'analyse (si pH eau portance de la prairie (si la trace laissée par l'animal est inférieure à 8 cm, c'est bon). En n'effectuant qu'un passage seulement par paddock puis en le laissant deux mois au repos, cela permet de créer un décalage dans la repousse des prairies (idéal pour du pâturage dynamique).

TNC