le 10/11/2017 à 10:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Rapport USDA La production mondiale de blé stable, le maïs revu à la hausse

Le ministère américain de l'agriculture (USDA) a livré une estimation quasi inchangée de la production mondiale de blé et révisé dans le même temps à la hausse la production de maïs, notamment aux Etats-Unis.

L'estimation de la production mondiale de blé est presque identique à celle du mois dernier à 752 millions de tonnes (Mt) contre 751,2 Mt à mi-octobre. En revanche les stocks de fin de campagne sont très légèrement revus à la baisse à 267,5 Mt contre 268,1 Mt, une conséquence d'une révision à la baisse des stocks de début de campagne (près d'un million de tonnes en moins). « Le stock mondial baisse, mais ils n'ont pas encore intégré les variations de production australienne et argentine », s'étonne Gautier Le Molgat, analyste au cabinet Agritel, qui relève « de gros écarts avec les attentes des analystes sur place ».

En ce qui concerne le maïs, en revanche, les Etats-Unis, premier producteur mondial, voient leur production très nettement revue à la hausse à 370,3 Mt (+ 7,6 Mt), ce qui entraîne mécaniquement une hausse de la production mondiale à 1.043 Mt (+ 5 Mt), alors que les stocks mondiaux augmentent plus légèrement (+ 2,9 Mt) du fait d'une plus grande utilisation par le marché intérieur américain, mais demeurent extrêmement élevés (203,8 Mt). « Sur le maïs, on s'attendait à ce qu'ils révisent à la hausse le rendement, mais là, ils dépassent tout le monde, ils surpassent l'année dernière », note Gautier Le Molgat, à propos des Américains.

Si cette révision à la hausse est clairement de nature baissière pour le maïs américain, cela pourrait être paradoxalement une nouvelle pas si mauvaise pour les Européens, du fait d'un maintien de la taxe à l'importation en Europe, selon Gautier Le Molgat, qui redoute tout de même des prix très bas susceptibles de gommer les effets de cette taxe.

Enfin, en ce qui concerne le soja, aux Etats-Unis, également premier producteur (120,4 Mt) de cette marchandise, rien ne change. En revanche, le Brésil s'affirme plus que jamais comme un sérieux challenger, avec une production réévalué d'1 Mt, à 108 Mt. Cette variation, conjuguée à la réévaluation à la hausse des stocks de début de campagne, augmente les stocks de fin de campagne à 97,9 Mt (+ 1,9 Mt).

AFP