• Accueil
  • Actualités
  • Evaluer les services rendus par les écosystèmes pour mieux les gérer

le 05/12/2017 à 11:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Réduction des intrants Evaluer les services rendus par les écosystèmes pour mieux les gérer

L’Inra a rendu public les travaux d’évaluation de 14 services que rendent les écosystèmes agricoles aux agriculteurs et à la société. Les résultats ouvrent des pistes pour mieux les gérer avec notamment la réduction de l’utilisation d’intrants.

Cette étude menée par l’Inra est l’un des six volets de l’Evaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques (Efese). Ce programme a été lancé en 2012 par le ministère de l’environnement pour apporter des connaissances sur l’état actuel et l’utilisation durable des écosystèmes. Quatorze services écosystémiques pertinents pour les écosystèmes agricoles ont été retenus.

Les experts de l’étude ont notamment évalué la quantité d’azote minéral fournie par l’écosystème au sol, à la fois par la minéralisation et par les symbioses racinaires. Les résultats montrent que 40 à 50 % des besoins annuels des plantes en intrants sont pourvus par le service écosystémique pour les huit principales grandes cultures. Les apports d’engrais actuels pourraient donc être limités.

Ensuite, les sols des systèmes de grandes cultures de l’écosystème agricole français déstockent légèrement du carbone avec en moyenne - 0,3 pour mille chaque année. Même si les résultat auraient été différents si les prairies avaient pu être intégrées, ils mettent quand même en évidence l’effort qu’il faudra fournir pour atteindre l’objectif de l’initiative « 4 pour mille ».

Cette étude se fonde sur les grandes cultures selon les systèmes de culture moyens actuels, pour lesquels les données sont disponibles. Il serait intéressant de l’étendre à une grande variété de systèmes de culture et de pratiques culturales dont l'agriculture biologique, les pratiques agro-écologiques ou les modes de conduite sans labour, pour définir des systèmes agricoles s’appuyant au maximum sur les services écosystémiques et donc beaucoup moins gourmands en intrants.

TNC