le 15/12/2017 à 11:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Produits phytos Coop de France privilégierait le conseil à la vente s'il avait à choisir

Coop de France garderait sa mission de conseil, au détriment de la vente, s'il devait choisir, en réponse à l'« engagement » pris par Emmanuel Macron de donner plus d'indépendance aux agriculteurs vis-à-vis des fabricants de produits phytosanitaires.

« J'ai pris un engagement, il sera là aussi dans la loi, c'est de séparer le conseil de la vente. Sur beaucoup de produits phytosanitaires il y a encore une vente liée qui fait que le conseil n'est pas indépendant et la loi séparera la vente du conseil », avait ainsi déclaré le chef de l'Etat lors de son discours des États généraux de l'Alimentation (EGA), le 11 octobre dernier au marché de Rungis.

« Si on avait à choisir - mais on ne souhaite pas choisir, on souhaite continuer à faire les deux en organisant bien les choses - notre priorité reste le conseil », a déclaré à l'AFP Pascal Viné, délégué général de Coop de France, en marge de la présentation des résultats annuels. « Le conseil, c'est vraiment ce qui donne toute la logique d'adaptation de la production des agriculteurs au marché, la logique de création de valeur, et ça, pour nos entreprises, c'est absolument fondamental », a insisté Pascal Viné. « Sur la question de la vente, on propose la séparation au sein d'une même entreprise, mais de toute façon, aujourd'hui, la vente, elle est aussi "challengée" par le numérique, donc de toute façon, la question de la vente est en train de s'ouvrir avec le développement du numérique », a-t-il ajouté.

La clôture des États généraux de l'alimentation est prévue le 21 décembre, avec les conclusions du deuxième chantier consacré à une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous. Le projet de loi issu de ces EGA doit être présenté au Parlement au premier semestre 2018.

AFP