le 21/12/2017 à 18:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Chêne français Légère augmentation de la production de bois sciés en 2016

La production de sciages de bois et notamment de  chêne a légèrement augmenté en 2016 en France, un petit rebond qui ne suffit pas à rassurer la profession, inquiète notamment de l'export persistant de  chêne non transformé vers la Chine.

« La production de sciages, bois sous rails (traverses de chemin de fer) et merrains (destinés à la tonnellerie) se redresse légèrement à 8 millions de m3 en 2016 après une année 2015 au plus bas avec 7,8 millions de m3 produits », indique jeudi le service statistique du ministère de l'agriculture.

La production de chêne scié, une des plus prestigieuses et des mieux valorisées, a également augmenté et s'élève pour 2016 à 608.000 m3 (+ 5,3 % par rapport à 2015), indique Agreste, dans un communiqué. Mais cela ne suffit pas à rassurer les scieurs, qui ont récemment appelé à la rescousse les parlementaires, afin d'obtenir des mesures d'aides de la part de l'exécutif. « Malgré une légère hausse de la production et de l'export des sciages français de chêne en 2016, la situation est à nouveau très fragile », déclarent une vingtaine de parlementaires dans un courrier envoyé à Matignon.

Ces députés de diverses obédiences politiques demandent la « mise en place d'un plan de sauvegarde de la filière chêne, ayant pour objets principaux la sécurisation des chaînes d'approvisionnement et l'accélération de la modernisation des infrastructures ».

Principale revendication des scieurs : l'extension à la forêt privée du label « Transformation UE », qui accorde déjà aux acheteurs qui s'engagent à transformer leur bois dans l'Union européenne un accès privilégié aux chênes lors des ventes de l'ONF (Office national des forêts), gestionnaire des forêts publiques. Les forêts privées représentent 50 % de la forêt française. Ils espèrent ainsi freiner « l'export massif de grumes de chêne à destination des pays asiatiques, principalement vers la Chine », expliquent les parlementaires dans leur courrier. Selon eux, « les douanes françaises décomptent plus de 470.000 m3 de grumes à sciages de chêne exportés en 2016, dont plus de 270.000 m3 allant vers la Chine ».

« Exporté brut, le chêne se voit de moins en moins approvisionné dans les scieries françaises, et revient pour partie en France sous la forme de bois transformé », ce qui prive la France d'une partie de la valeur ajoutée, soulignent les parlementaires. Plus largement, la récolte de bois commercialisé a progressé de 1,4 % en 2016 et s'établit à 37,9 millions de m3, « niveau le plus haut observé hors épisode de tempête », indique Agreste.

AFP