le 27/12/2017 à 10:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Pêche Le Brésil suspend ses exportations de poisson vers l'UE

Le ministère de l'Agriculture du Brésil a annoncé mardi la suspension temporaire de l'exportation de poisson vers l'Union européenne, en réponse à des exigences formulées lors d'une inspection sanitaire effectuée en septembre.

« La suspension (...) entrera en vigueur le 3 janvier et sera accompagnée d'un plan d'actions pour répondre à des questionnements présentés par l'UE à l'issue d'une mission de contrôle », a indiqué le ministère dans un communiqué.

« La mesure la plus appropriée est de suspendre la certification jusqu'à ce que nous ayons des solutions à présenter (...), en évitant une suspension unilatérale de la part de l'UE », a déclaré le secrétaire d'État à la pêche Luis Rangel, cité dans le communiqué.

Le ministère a également annoncé son intention de réclamer à l'UE des exigences sanitaires différentes pour les poissons sauvages et ceux issus de l'aquaculture.

L'association brésilienne de pisciculture (PEIXE BR), qui représente 50 % du secteur de pêche d'élevage au Brésil, a exigé que le gouvernement « prenne des mesures d'urgence » pour résoudre le problème.

Le syndicat des inspecteurs agricoles (Anffa Sindical) du Brésil a pour sa part souligné les « fragilités actuelles du système d'inspection ».

« En septembre, un mission vétérinaire de l'UE a conclu que les changements sollicités lors de visites précédentes n'avaient pas été effectués », a expliqué le syndicat dans un communiqué, évoquant « de graves manquements, notamment en ce qui concerne la qualité des chalutiers ».

Le thon, principal poisson brésilien exporté

D'après les chiffres du ministère de l'Agriculture, les exportations de poissons du Brésil ont totalisé 33,1 millions de dollars en 2016, atteignant 21,8 millions de dollars sur les 11 premiers mois de l'année 2017, le thon étant la principale espèce vendue à l'étranger.

En mars dernier, le Brésil avait déjà fait face à un vaste scandale sanitaire, quand la police a révélé que d'importants exportateurs avaient corrompu des inspecteurs des services d'hygiène pour certifier de la viande avariée comme étant propre à la consommation.

Premier exportateur mondial de viande, le pays avait alors subi un embargo total ou partiel de la part d'une vingtaine de pays, avec de dures négociations à la clé pour obtenir la réouverture progressive des marchés.

AFP