le 29/01/2018 à 19:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Inondations et crues FNSEA-JA dénoncent la « fake news » de la responsabilité du secteur agricole

A Paris, dimanche 28 janvier 2018, la Seine a dépassé les 5,80 m. Ayant atteint son plus haut niveau, la crue devrait être encore très marquée en aval du fleuve, en Seine-Maritime, dans les prochains jours. (©TNC)

A Paris, dimanche 28 janvier 2018, la Seine a dépassé les 5,80 m. Ayant atteint son plus haut niveau, la crue devrait être encore très marquée en aval du fleuve, en Seine-Maritime, dans les prochains jours. (©TNC)

La FNSEA, la FRSEA et les Jeunes agriculteurs d’Ile-de-France dénoncent les propos incriminant les pratiques agricoles dans l’intensité des actuelles crues et inondations.

Pour expliquer les inondations qui sévissent dans une bonne moitié nord de la France, « BFMTV, TF1 et d’autres médias bien-pensants » se font l’écho de propos imputant à l’agriculture la cause des événements. Pour le syndicalisme majoritaire d’Ile-de-France, il s’agit de « "fake news" que font circuler des structures militantes comme Eaux de Paris. »

Les syndicats dénoncent en particulier les propos de Célia Blauel, présidente d’Eaux de Paris et adjointe à la mairie de Paris à l’environnement, « qui joue sur les peurs des citoyens et qui ne cesse de jeter l’opprobre sur toute une profession agricole ».

« Pour elle, le changement de modèle agricole supprimerait les inondations ! C’est bien vite oublier les crues du passé où le paysage agricole n’était pas celui d’aujourd’hui. Pas un mot sur les records de pluviométrie de ces dernières semaines, pas un mot sur le bétonnage des terres à tout-va, pas un mot sur les constructions en zones inondables, pas un mot sur l’absence d’entretien des cours d’eau, pas un mot sur les agriculteurs qui ont, une nouvelle fois après 2013 et 2016, tout perdu ! »

Quid de l'artificialisation ?

« Il est insupportable, encore une fois, de trouver en l’agriculture un bouc émissaire facile », poursuit pour sa part la FNSEA. Les crues sont fortes et deviennent récurrentes. Les causes en sont connues : une artificialisation des sols à marche forcée qui leur enlève leur perméabilité, un bétonnage à tout crin qui provoque les mêmes conséquences, un changement climatique avéré qui fait augmenter les aléas climatiques, le manque d'entretien des cours d'eau. »

Et le syndicat de dénoncer à son tour. « Il est temps que tout le monde sache que les pouvoirs publics - Etat et Etablissements publics territoriaux de bassin – décident d'inonder les champs en amont des villes afin de limiter les conséquences des crues sur les populations urbaines. »

« Il est aussi temps de reconnaître que de nombreuses pratiques agricoles (couverture des sols, bandes enherbées au bord des cours d'eau) protègent les sols afin d'en limiter l'érosion.

Par ailleurs, face au dérèglement climatique, aux sécheresses récurrentes et aux excès d'eau massifs, nous en appelons au Gouvernement pour qu'enfin nous ayons une véritable politique de stockage de l'eau hivernale à même de favoriser l'irrigation nécessaire à de nombreuses productions. »

TNC