le 01/02/2018 à 16:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Loi Alimentation Le projet de loi « vise à la réconciliation », selon le patron de Système U

Serge Papin, le patron de Système U, est « très satisfait » du projet de loi Alimentation, destiné à réformer le secteur de l'agroalimentaire, présenté mercredi en conseil des ministres, car il « vise à la réconciliation » entre distributeurs et agriculteurs.

« Je suis très satisfait, en tant que co-président de l'atelier 5 des Etats Généraux de l'Alimentation (EGA), intitulé "rendre les prix d'achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs" », a affirmé Serge Papin, depuis la Côte d'Ivoire où il est en déplacement professionnel. Car « ce sont les conclusions de l'atelier 5 qui ont été prises comme base du projet de loi », et ce « malgré les tentatives de déstabilisation, à grand renfort de campagnes de presse, par certains ». « Le texte de loi va permettre, rapidement, de mieux payer les prix des matières agricoles puisque plus rien ne va désormais s'y opposer », a-t-il estimé.

Pour le patron de Système U, « le déverrouillage du SRP (seuil de revente à perte, ndlr) va permettre de donner de l'oxygène aux négociations, et là aussi de mieux rémunérer les agriculteurs ». Enfin, « l'encadrement des promotions va éviter le dumping économique tel qu'on vient de le vivre et permettre là aussi de réguler au profit des filières agricoles ». « Dans tout ce contexte un peu passionné, de surenchères parfois, ce texte de loi va ramener de la paix, et ça, c'est très important », a ajouté Serge Papin. Et il y en a besoin, a-t-il insisté : le projet de loi « vise à la réconciliation, à dépasser le rapport de forces pour faire en sorte que les prix soient responsables et non pas prédateurs », a ajouté le PDG de Système U.

« Combien faut-il vendre de kilos de pommes pour financer la démarque du Nutella ? On marche sur la tête, c'est de la provocation», a-t-il conclu, faisant référence aux méga-promotions décidées par Intermarché ces derniers jours. Le « projet de loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable » est la traduction législative des travaux réalisés pendant cinq mois par toute la filière agroalimentaire lors des EGA. Il devrait aboutir « en septembre », a assuré mercredi le ministre de l'agriculture, Stéphane Travert, à l'issue du conseil des ministres. C'est la « première brique » de la politique de l'alimentation voulue par le gouvernement; la « deuxième brique », ce seront les plans de filière par lesquels le président Emmanuel Macron a demandé aux acteurs économiques de se mobiliser, un plan de sortie et de réduction des produits phytosanitaires, ainsi qu'un plan bio qui sera dévoilé au Salon de l'agriculture.

AFP