le 05/02/2018 à 19:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

[Sondage] Accident du travail Le plus gros risque pour un éleveur, c'est son cheptel !

Les risques accidentogènes en élevage concernent d'abord les animaux lors de leur manipulation. (©TNC)

Les risques accidentogènes en élevage concernent d'abord les animaux lors de leur manipulation. (©TNC)

D'après un sondage en ligne, les risques d'accidents en élevage sont d'abord liés aux animaux : pour 45,9% des répondants, il s'agit du plus gros risque accidentogène. Viennent ensuite les engins agricoles, la salle de traite, les silos ou stocks de fourrage, le dispositif de contention et la fosse à lisier.

« Quatre accidents graves sur dix ont lieu dans l’élevage de bovins », c'est ce que révèle une étude de la MSA durant la période 2004-2013. Les causes recensées sont souvent les mêmes : la traite et le travail autour des animaux.

Les animaux : principale cause d'accident en élevage

Selon un sondage réalisé en ligne du 23 au 30 janvier 2018, près de la majorité des éleveurs (45,9 %) considèrent que les animaux représentent le plus gros risque accidentogène sur leur exploitation. Coups de cornes, coups de pied, bousculades, charge... Les risques sont nombreux et augmentent lors des interventions (tri des animaux, embarquement, soins, etc.).

Attention à ne pas oublier les zoonoses : ces maladies qui peuvent se transmettre des animaux à l'homme. Teigne, charbon, fièvre Q... ces pathologies ne sont pas à prendre à la légère, d'où l'importance de mettre en place certaines règles d'hygiène simples.

La traite se révèle être le plus gros risque pour 11,4 % des répondants au sondage. En plus des dangers liés aux animaux, d'autres facteurs peuvent générer des accidents ou des pathologies ; ne serait-ce que le confort postural du trayeur ! Chaque jour, durant plusieurs heures, l'éleveur laitier effectue les mêmes gestes. Cette répétitivité des mouvements peut provoquer des troubles musculo-squelettiques. Il est donc primordial lors de l'installation d'une salle de traite de penser à l'aspect confort (accessibilité à la mamelle, largeur de la fosse, hauteur des quais, système d'ouverture et de fermeture des barrières, gestion du lait à écarter, système de lavage, etc.). En plus de la gestuelle, les glissades, les escaliers, le bruit ou encore la manipulation des produits chimiques représentent des risques pour l'éleveur laitier.

À consulter sur le sujet : Fiches techniques sur la prévention des risques en salle de traite réalisées par la MSA de Bretagne.

Vérifier les équipements pour plus de sécurité

Parmi les répondants au sondage, 25,8% estiment que le plus gros risque vient du machinisme (tracteur, matériel de fenaison ou de récolte...). Dans le milieu, on connait tous quelqu'un victime d'un accident en descendant d'un tracteur, en touchant des lignes électriques, en réparant un matériel... Et le danger ne fait qu'augmenter lors de travaux à plusieurs. Il est alors important de définir des consignes de sécurité au préalable (par exemple : quel engin doit passer en priorité dans la parcelle) et de réaliser des formations (notamment dans les exploitations embauchant de la main d'œuvre).

Pour en revenir aux animaux, le dispositif de contention représente le plus gros risque accidentogène pour 6,7 % des éleveurs. Il est par conséquent primordial que les installations de contention et d'embarquement soient fonctionnelles. Une installation adéquate assurera non seulement la sécurité de l'éleveur mais réduira aussi le stress de l'animal manipulé.

Les silos de fourrage peuvent eux aussi s'avérer dangereux (6,8 % des éleveurs estiment qu'ils représentent le plus gros risque). On se souvient par exemple de l'éboulement d'un silo de maïs sur des collégiens en visite sur une exploitation du Nord en 2016. Outre l'éboulement, les chutes lors du bâchage ou débâchage des silos sont à prévoir.

Enfin, les fosses à lisier occupent la dernière position des risques accidentogènes d'un élevage (3,5 %). Cependant, les accidents liés peuvent s'avérer fatals comme la chute d'un tracteur dans la fosse.

Sur ce sujet, l'Idele et le GIE élevage Bretagne ont créé un guide des installations de contention et d'embarquement des bovins.

TNC