le 08/02/2018 à 16:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Braderies de pommes de terre A une semaine de son congrès, l’UNPT s’insurge

Alors que ses producteurs se réuniront en congrès annuel le 13 février prochain au Havre, l’Union nationale des producteurs de pommes de terre dénonce des contrats d’achats de pomme de terre pour la campagne 2018 « annonçant des baisses de prix parfois importantes » alors que « les coûts et contraintes de production sont de plus en plus lourds ».

Depuis plusieurs semaines, de nombreuses pratiques commerciales sont mises en place, bien que contraires aux engagements pris lors des Etats généraux de l’alimentation. Les producteurs s’étant engagés à un certain nombre d’avancées, et ce dans le cadre du plan de filière CNIPT/GIPT, l’UNPT déplore cette « braderie » de la pomme de terre. Par ailleurs, bien que la demande pour l’industrie soit en augmentation continue, pour la campagne 2018, des prix de contrats sur ce secteur sont proposés avec des baisses parfois (très) importantes par rapport à 2017. Sur le marché de frais, ce phénomène irait jusqu’à proposer des contrats avec des prix inférieurs aux coûts de production.

L’UNPT étant impliquée dans la veille économique et le suivi des marchés, elle comprend les fluctuations de ce dernier, liées à l’offre et la demande. Il est de fait historique que les prix de contrats en N+1 baissent quand, en année N, la pomme de terre sur le marché libre est valorisée à un prix inférieur à ceux contractualisés.

Mais, les producteurs devant travailler de plus en plus, du fait de leurs engagements et du durcissement du cahier des charges, pour produire une pomme de terre de qualité et compétitive, ils demandent en contrepartie une juste rémunération. Dans ce contexte agricole actuellement déprimé, l’UNPT juge inacceptable de faire supporter aux producteurs l’effort de la transformation du modèle agricole engagée par le gouvernement.

De nombreux acheteurs, aussi bien intermédiaires que finaux, communiquent quant à des partenariats durables et de solides relations avec les producteurs. L’UNPT les invite désormais à passer à l’acte. L’Union conseille aussi aux producteurs de lire les contrats dans leur intégralité. Indépendamment du critère prix, il ne faudrait pas signer en dessous des coûts de production afin de ne pas se trouver en difficulté par la suite. Enfin, pour discuter de ces sujets et d’autres, tous les acteurs de la filière pommes de terre sont conviés à participer au 15e congrès de l’UNPT le 13 février 2018 au Havre.

TNC