le 16/02/2018 à 18:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Matières premières Le cacao voit rose, le café et le sucre font grise mine

Le cacao s'est repris cette semaine alors que le marché semble miser sur une reprise de la demande, tandis que le café et le sucre ont légèrement reculé.

Le cacao se reprend doucement

Les cours du cacao ont atteint jeudi 1.514 livres sterling la tonne, à son plus haut depuis deux mois et demi, tandis que la cotation new-yorkaise a profité de la faiblesse du dollar pour bondir vendredi à 2.145 dollars la tonne, à leur plus haut niveau depuis près de trois mois. « La hausse des prix de Londres montre que l'effet de change n'est pas la seule explication de la hausse », ont souligné les analystes de Commerzbank, qui précisent que la demande mondiale s'annonce robuste. Les prix ont été plombés en 2017 par la perspective d'une récolte très abondante en Afrique de l'Ouest, région qui représente 70 % de l'offre mondiale. Mais cette baisse marquée des prix a entraîné à son tour un regain d'intérêt des acheteurs pour le cacao.

Le marché du café s'assoupit

Après s'être inscrit en légère hausse au fil de la semaine, pour atteindre mercredi 1.791 dollars la tonne à Londres, à son plus haut niveau depuis près d'un mois, le robusta s'est affaissé vendredi. L'arabica coté à New York s'est également replié vendredi. « Avec les Vietnamiens sortis de jeu en raison des festivités du Nouvel an et les Américains déjà distraits par le long week-end du Presidents Day (jour férié aux Etats-Unis lundi, ndlr), les volumes sont réduits » et il ne faut donc pas faire grand cas de la baisse de vendredi, ont estimé les analystes du courtier I&M Smith. Le Vietnam a une importance particulière pour le café puisque le pays est le premier producteur mondial de robusta. « L'offre de café est plus faible que nous pourraient le laisser penser des prix en berne », ont estimé les analystes de Commerzbank, qui soulignent notamment que la production d'arabica de la Colombie, deuxième plus grand producteur mondial, reste limitée.

Le sucre secoué par les fonds

Les prix du sucre ont légèrement flanché sur la semaine. « La volatilité a été élevée depuis lundi, car de nombreux fonds d'investissement ont dû se repositionner alors que le contrat de livraison en mars a expiré à Londres», a commenté Nick Penney, analyste chez Sucden, qui juge qu'il faut donc attendre que le calme revienne sur le marché. À moyen terme, le marché est partagé entre une offre très abondante de sucre et la possibilité que la hausse des cours de l'essence pousse les industriels à transformer la canne à sucre brésilienne en éthanol, ce qui limiterait l'offre du premier producteur mondial.

Sur le Liffe de Londres, la tonne de robusta pour livraison en mai valait 1.768 dollars vendredi à 15h40 GMT, contre 1.775 dollars le vendredi précédent à 16h10 GMT. Sur l'ICE Futures US de New York, la livre d'arabica pour livraison en mai valait 122,20 cents, contre 122,95 cents sept jours auparavant mais pour livraison en mars. À Londres, la tonne de sucre blanc pour livraison en mai valait 356,70 dollars, contre 361,90 dollars le vendredi précédent. À New York, la livre de sucre brut pour livraison en mai valait 13,29 cents, contre 13,83 cents sept jours auparavant mais pour livraison en mars. À Londres, la tonne de cacao pour livraison en mai valait 1.513 livres sterling, contre 1.479 livres sterling le vendredi précédent. À New York, la tonne pour livraison en mai valait 2.154 dollars, contre 2.011 dollars sept jours plus tôt mais pour livraison en mars.

AFP