le 28/02/2018 à 11:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Chicago La détérioration de la récolte d'hiver fait monter le blé

Le prix du blé a grimpé mardi à Chicago alors que la récolte d'hiver se détériore dans plusieurs Etats américains à cause de la sécheresse. Les cours du maïs et du soja ont aussi progressé.

Selon les dernières données officielles diffusées lundi soir, seulement 12 % de la récolte de blé actuellement cultivée au Kansas est considérée comme bonne à excellente, contre 14 % le mois dernier. Dans cet Etat, 71 % du sous-sol est en manque ou en manque grave d'humidité. La qualité du blé s'est aussi dégradée dans le Colorado, où la proportion de la récolte d'hiver considérée comme bonne à excellente est tombée de 36 % à 31 %. En Oklahoma cette proportion est restée la même, au plus bas (4 %).

Selon le ministère américain de l'agriculture (USDA), 89 % de l'Etat est actuellement touché par des conditions de sécheresse « sévères à exceptionnelles ».

Le marché du maïs continue de son côté « à se nourrir de la récente demande, du peu de ventes de la part des agriculteurs et des inquiétudes liées à la récolte en Amérique du Sud » en raison de la sécheresse en Argentine, ont noté les analystes de CHS Hedging. L'USDA a notamment fait état mardi d'une commande de 130 000 tonnes de maïs pour une destination inconnue, la deuxième depuis le début de la semaine. De quoi rassurer après des chiffres ternes sur les exportations la semaine dernière.

Le soja est toujours soutenu pour sa part par les inquiétudes sur la récolte en Argentine, troisième exportateur mondial de l'oléagineux après le Brésil et les Etats-Unis et premier exportateur mondial d'huile et de tourteaux de soja. Même si des pluies sont attendues au courant de la semaine, elles ne devraient pas suffire pour rattraper les dégâts déjà causés et la production devrait être bien moins importante qu'initialement prévu.

Les investisseurs surveillaient par ailleurs une rencontre à la Maison Blanche entre représentants des secteurs de l'énergie et de l'agriculture. Certains producteurs de pétrole souhaiteraient en effet modifier les normes actuelles les obligeant à incorporer une certaine proportion d'éthanol, produit fabriqué à partir de maïs ou de soja, dans les produits raffinés. La réunion n'a abouti à aucun accord, selon un tweet du sénateur Chuck Grassley, représentant de l'Iowa, l'Etat américain produisant le plus de maïs. « Que rien ne change est une bonne nouvelle pour les producteurs de soja et de maïs, qui redoutaient que Washington ne décide de réduire la proportion obligatoire d'éthanol », a souligné Bill Nelson de Doane Advisory Services.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, le contrat le plus actif, a terminé mardi à 3,7925 dollars contre 3,7725 dollars lundi. Le boisseau de blé pour mai, également le contrat le plus échangé, a fini à 4,7700 dollars contre 4,7275 dollars à la précédente clôture. Le boisseau de soja pour mai, contrat le plus actif, a clôturé à 10,4950 dollars contre 10,4600 dollars la veille.

AFP