le 11/07/2018 à 17:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Brexit L'accès aux zones de pêche britanniques au cœur des négociations

Les pêcheurs français et leurs alliés européens, inquiets d'un éventuel Brexit « dur », veulent mettre la pêche au cœur des négociations entre l'Union européenne (UE) et le Royaume-Uni pour préserver leur accès aux eaux anglaises, ont-ils expliqué jeudi.

« Accès aux zones de pêche contre accès de tous les produits britanniques au marché européen, pas simplement les produits de la mer » : Hubert Carré, directeur général du comité national des pêches, a explicité la stratégie des pêcheurs français, unis à leurs homologues européens, devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale. L'enjeu est crucial : les captures dans les eaux britanniques, susceptibles d'être remises en cause par le Brexit, représentent en moyenne 30 % du total des captures de la pêche française. Un chiffre qui peut grimper jusqu'à plus du double dans les régions les plus septentrionales. « Quand on sort de Boulogne, au bout de 30 minutes on est dans les eaux anglaises », explique Olivier Leprêtre, représentant des patrons pêcheurs, aux députés de la Commission. « Si malheureusement on entre dans un Brexit dur, les entreprises ne vont pas tenir le choc, c'est certain ».

Mais le Royaume-Uni dépend aussi de l'UE, pour écouler sa production. « Les Britanniques pêchent mais ils ne consomment pas leur pêche puisqu'ils l'exportent à 75 % », note Hubert Carré. Pas question pour autant d'échanger simplement l'accès aux eaux britanniques contre l'accès aux marchés des États-membres pour les produits halieutiques, « sachant que l'UE est le premier marché mondial des produits de la mer », explique Hubert Carré. Les pêcheurs sont « assez bien entendus et assez bien soutenus » par les dirigeants, y compris par Michel Barnier, négociateur en chef de l'UE, assure-t-il. Le ministre français de l'agriculture, Stéphane Travert, a promis que la pêche serait négociée dans un paquet global, et non à part, entre l'UE et la Grande-Bretagne : « l'accès au marché unique de l'Union est consubstantiel à l'accès aux eaux du Royaume-Uni pour les navires battant pavillon d'un État membre », avait-il déclaré récemment à Sète. « La période de transition, synonyme de maintien transitoire, jusqu'au 31 décembre 2020, de l'acquis communautaire notamment en matière de politique des pêches, n'est pas encore acquise, loin s'en faut », avait-il admis. En cas de Brexit dur, les pêcheurs européens pourraient perdre l'accès aux eaux britanniques dès le 29 mars 2019. En cas de Brexit dur, « Il va falloir trouver des financements, peut-être faire payer les responsables, parce que les responsables c'est la Commission européenne », martèle Olivier Leprêtre. « S'ils avaient écouté les pêcheurs, il n'y aurait pas eu 96 % des pêcheurs (britanniques) votant pour le Brexit ».

AFP