le 21/06/2017 à 13:45

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Biodiversité Observatoire agricole de la biodiversité : bilan 2016

Depuis l’ouverture du site internet, environ 800 exploitations se sont inscrites à l’Observatoire Agricole de la Biodiversité et plus de 1000 parcelles décrites. Le bilan de l'année 2016 a été publié.

Mis en place depuis 2009, l’Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB), en lien avec les pratiques culturales, poursuit deux objectifs principaux : le développement d’indicateurs de suivi de l’état de la biodiversité en milieu agricole et la sensibilisation des professionnels de l’agriculture en faveur de pratiques favorables à la biodiversité.

L’OAB répond aux engagements pris par le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt dans le cadre de la stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) et s’appuie sur le programme de sciences participatives Vigie-Nature du Muséum national d’Histoire naturelle.

Consulter le bilan 2016: cliquer ici

Consulter la plaquette de présentation de l'OAB: cliquer ici

Principe

Véritable outil de suivi de l’état de la biodiversité, l’OAB propose aux acteurs intéressés d’observer la faune sauvage présente dans leur parcelle et en bordure, grâce à quatre protocoles d’observation standardisés.

Quatre protocoles d'observation

- Papillons: sensibles aux modifications d’habitat et à la présence de plantes sauvages à proximité. Ce sont donc des indicateurs de l’état de santé du milieu à l’échelle du paysage. En pratique : comptage des papillons de jour le long d’une parcelle.

- Abeilles solitaires: de nombreuses études ont montré l’importance des abeilles solitaires dans la pollinisation. Certaines espèces, actives dès le mois de mars, réalisent la pollinisation des arbres fruitiers et des cultures précoces. En pratique : pose de nichoirs à abeilles solitaires.

- Invertébrés terrestres: de nombreux invertébrés vivent à la surface du sol. En fonction de leur régime alimentaire, ils pourront être considérés comme ravageurs (comme les limaces) ou auxiliaires de cultures (les carabes par exemple). En pratique : observation sous des planches posées à même le sol.

- Vers de terre: véritables laboureurs, les vers de terre ont une influence sur les propriétés physiques et chimiques des sols. Leur présence donne une indication sur la qualité biologique du sol étudié. En pratique : arrosage de carrés au sol avec une solution irritante à base de moutarde

Qui peut participer?

L’Observatoire Agricole de la Biodiversité s’adresseprincipalement aux professionnels de l’agriculture intéressés par l’observation de la biodiversité, tous types d’exploitations confondus. Tout le monde peut participer, les protocoles sont simples et adaptés aux calendriers agricoles. Les participants contribuent à la connaissance générale de la biodiversité des milieux agricoles tout en apprenant à connaître ou reconnaître la « biodiversité utile » présente sur leurs parcelles.