le 19/08/2017 à 10:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Académie d'Agriculture de France Quel avenir pour l'agriculture face aux progrès des connaissances sur la nutrition?

Les courants idéologiques ont désormais plus d'influence que la science sur les productions agricoles.

Les courants idéologiques ont désormais plus d'influence que la science sur les productions agricoles.

La mondialisation aidant, le système alimentaire adopté par les consommateurs est de moins en moins tributaire de la production agricole de proximité mais est surtout dicté par la demande des consommateurs, elle-même influencée par l'information, la publicité et la grande distribution. Comment et combien les progrès des connaissances en nutrition peuvent influer sur les choix des consommateurs et donc sur l'avenir de l'agriculture?

La liste des nutriments indispensables et leurs fonctions sont maintenant assez bien connues et les nouvelles connaissances acquises en nutrition ont et auront peu d'influence sur le comportement alimentaire global de la population et donc sur la demande d'ingrédients agricoles. Les ajustements encore attendus sur les besoins nutritionnels et sur le rôle bénéfique ou délétère de certains composants des aliments ne modifieront pas de façon significative la demande du consommateur, principalement déterminée par la tradition, le goût et le prix.

Certaines polémiques de nature plus idéologique que scientifique pourraient influer sur le mode de production agricole, par exemple la demande de produits issus de l'agriculture biologique, ou sur la répartition entre productions végétales et animales par les attaques contre le lait et la viande et la montée du végétarisme. Cependant, malgré ces attaques, l'élevage subsistera et le système polyculture-élevage sera même encouragé, dans de nombreuses régions du monde, pour favoriser la durabilité d'une agriculture vivrière assurant la sécurité alimentaire.

Pour retrouver l'intégralité de la publication de Léon Guégen intitulée "Science de la nutrition et avenir de l'agriculture" : cliquez ici.

Léon Guégen (AAF)