le 16/09/2017 à 10:20

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Académie d'Agriculture de France La génomique et l'amélioration des plantes

 La génomique représente un atout majeur pour l'amélioration des plantes.

La génomique représente un atout majeur pour l'amélioration des plantes.

L'utilisation de la génomique renforce et renouvelle les concepts et les démarches de l'amélioration des plantes. La conjonction des différentes techniques de laboratoire avec ces démarches devraient fournir les moyens d'utiliser les ensembles de gènes cruciaux pour parvenir à des conditions de production végétale encore plus efficaces et plus saines, pour des produits de qualité.

Cette note est consacrée à la génomique d'aujourd'hui qui offre des possibilités accrues d'amélioration des plantes.

D'abord, un focus est réalisé sur la notion de gène, le phénotype restant majoritairement déterminé par le génotype. Cette notion ne cesse d'évoluer avec les progrès des méthodes d'analyse. D'ailleurs, beaucoup de progrès techniques et de validations biologiques seront encore indispensables avant d'avoir une bonne évaluation du nombre de fonctions des génomes.

Puis, le lien est établi entre apports du séquençage et amélioration des plantes. Les utilisations directes des outils de la génomique sont déjà nombreuses en amélioration des plantes, comme par exemple dans le cas de la découverte du rôle de la protéine kinase PSTOL1 dans le développement du nombre et de la surface des racines du riz. Les séquençages tout récents de nombreux génomes du maïs délivrent également des informations essentielles sur l'évolution de cette espèce cultivée et procurent des marqueurs moléculaires très précis pour orienter les stratégies d'amélioration.

Enfin, l'auteur évoque en quoi le génie génétique peut être utile à l'amélioration des plantes. Bien que limité par le battage médiatique essentiellement centré sur des risques biologiques nouveaux, le génie génétique a montré des avancées vers des productions plus biologiques et plus saines, voire plus nutritives. D'autre part, le transfert de gène permet d'éviter le recours aux croisements, surtout interspécifiques, ce qui est spécialement utile aux plantes à multiplication végétative telles que les pommes de terre ou les arbres fruitiers.

Les différentes techniques du génie génétique auraient donc un rôle d'outil scientifique complémentaire mais essentiel. Dans un proche avenir, ce rôle ne pourra que s'amplifier pour les validations biologiques des gènes révélées par les séquençages de plus en plus complets et précis, jusqu'à devenir un outil complémentaire important de l'amélioration des plantes pour de nombreux objectifs.

Pour consulter la publication en entier, cliquez ici.

Yves CHUPEAU (AAF)