le 20/02/2018 à 19:25

  • Imprimer
  • Envoyer à un ami

Académie d'Agriculture de France Notre microbiote, une partie essentielle de nous-même

 "Notre espèce humaine n'a pu émerger qu'en s'adaptant à cette communauté bactérienne qui existe chez tout être vivant du moment qu'il possède un tube digestif."

"Notre espèce humaine n'a pu émerger qu'en s'adaptant à cette communauté bactérienne qui existe chez tout être vivant du moment qu'il possède un tube digestif."

Pour le grand public, les bactéries sont associées à des images négatives de maladies, un univers sans bactéries semblerait la solution la plus saine. Il n'en est rien. L'Homme doit sa survie avant tout à une association avec certaines bactéries.

Nous sommes habités par une importante population microbienne située principalement dans le gros intestin. A titre d'exemple: ces bactéries sont 10 fois plus nombreuses que les cellules de notre corps, la moitié de nos selles est constituée de bactéries, le génome de toutes ces bactéries (métagénome) est 100 fois supérieur au nôtre. Cette masse microbienne est nommée le microbiote et le séquençage de l'ensemble de son génome est très avancé.

Ce sont les projets "métagénome" où la France et l'Europe ont une nette avance (pour le moment) sur le reste du monde. Pourquoi un tel effort de recherche? Parce que notre vie ne serait pas possible sans la présence dans notre tractus digestif de ces populations bactériennes. De l'équilibre de cet écosystème microbien dépend l'assimilation d'une grande partie de notre alimentation, la production de vitamines, les flatulences et le confort digestif mais aussi l'obésité, la détoxication de composés induisant le cancer et les maladies inflammatoires de l'intestin. 

De façon plus globale encore, sans microbiote digestif notre système immunitaire serait atrophié et incapable de répondre aux agents pathogènes. Des recherches récentes suggèrent aussi que de l'équilibre du microbiote pourrait dépendre une forme de diabète et, pour une partie, notre comportement. La disponibilité d'outils nouveaux permet d'analyser maintenant la diversité du microbiote et de ses fonctions. On espère ainsi lever assez rapidement le voile sur cet inconnu propre à chacun de nous, le microbiote. C'est le thème de cette brève revue.

Pour consulter l'intégralité de la publication, cliquez ici.

https://www.academie-agriculture.fr/

Gérard Corthier (AAF)