Agrisalon.com, votre quotidien d'information agricole - Agriculture, céréales, élevage, météo, petites annonces

Publié le 01/10/2010 à 12:28

imprimer

Ministère de l’Agriculture

Bruno Le Maire a présenté le Programme national de l’alimentation

Défini dans la loi de modernisation de l’agriculture, l’ambition du Programme national de l’alimentation est de faciliter l’accès de tous, de manière durable, à une alimentation de qualité, sûre et diversifiée. Il vise aussi à défendre un modèle alimentaire, sur lequel repose un pan entier de l’économie nationale : agriculture, industries alimentaires et tourisme par exemple.


L'Etat interviendra comme un « catalyseur » des initiatives
du secteur alimentaire. (© TNC)
L'alimentation recouvre un ensemble de problématiques très variées, qui justifient le renforcement de l'intervention publique dans ce domaine.

Le Programme national de l'alimentation (Pna), défini dans la loi de modernisation de l'agriculture promulguée il y a deux mois, vise à combler ce manque d'action. Présenté par Bruno le Maire, son ambition « est de faciliter l'accès de tous à une alimentation de qualité, sûre et diversifiée de manière durable ».

Un plan en six axes

Il intégrera, pour cela, l'ensemble des problématiques de l'alimentation et du modèle alimentaire français et regroupera les initiatives sectorielles existantes. En effet, de la valorisation du modèle alimentaire français dépend un pan entier de notre économie nationale et un patrimoine culturel envié dans le monde entier.

Ce plan national se décline en six axes :

  • Faciliter l'accès de tous à une alimentation de qualité
  • Améliorer l'offre alimentaire
  • Améliorer la connaissance et l'information sur l'alimentation
  • Promouvoir le patrimoine alimentaire et culinaire français, matériel et immatériel
  • Innover et développer des outils pour bâtir des modèles alimentaires durables et de qualité
  • Conduire des actions de communication

Des actions concrètes, coordonnées entre tous les partenaires engagés

Ce programme, animé par le ministre en charge de l'alimentation, mobilisera le gouvernement dans son ensemble. L'État interviendra comme un « facilitateur » et un « catalyseur» des initiatives de l'ensemble des partenaires impliqués : services de l'état, collectivités territoriales, opérateurs du secteur agroalimentaire de l'amont à l'aval, fédérations et organisations professionnelles.

« Véritable enjeu de société, la politique publique de l'alimentation veut redonner du sens à notre alimentation, du goût à nos aliments et du plaisir aux consommateurs ». Elle devra assurer une alimentation à la fois sûre, saine, équilibrée et de qualité, accessible à tous, produite dans des conditions respectueuses de l'environnement et du bien-être animal, tout en étant économiquement viables et socialement acceptables.

Selon le ministère, le Programme national pour l'alimentation sera constitué d'actions concrètes, opérationnelles, définies et mises en oeuvre de façon coordonnée par l'ensemble des acteurs institutionnels, associatifs et privés.

Il s'articulera avec les plans existants, dont il partage certains objectifs, notamment avec le Programme national nutrition santé (Pnns), le plan de lutte contre l'obésité et le programme national d'aide alimentaire (Pnaa),

TNC Frédéric Hénin

Haut de page