Agrisalon.com, votre quotidien d'information agricole - Agriculture, céréales, élevage, météo, petites annonces

Accueil > permalien

Publié le 29/07/2012 à 16:59

imprimer

Pêche illégale

Un bateau de pêche brésilien arrêté au large de la Guyane

Un navire de pêche brésilien a été arraisonné, puis dérouté samedi matin, pour pêche irrégulière dans les eaux françaises au large de la Guyane par un patrouilleur de la Marine nationale actuellement positionné en renfort de contrôle des pêches.

Le bateau de pêche brésilien "Titan", avec à son bord dix membres d'équipage "a été arraisonné par le patrouilleur P400 de la marine nationale 'La Capricieuse' dans l'estuaire de l'Oyapock, samedi matin vers 5h30, à 4 miles (environ 8 km) de la frontière brésilienne" dans les eaux françaises de l'est de la Guyane, a expliqué à l'Afp le Capitaine de vaisseau Denis Fabre, commandant de la zone maritime.

"Nous avons affaire ici à des marins en situation de pêche illégale, pas à des pirates, à bord d'une embarcation qui était chargée d'accoupa rouge", un poisson très apprécié en Guyane et qui est de retour avec la saison sèche, a poursuivi le commandant Fabre. La cargaison de poissons a été rejetée à la mer et le "Titan", a été immobilisé et désarmé dans l'estuaire du Mahury, où sont regroupés les navires saisis. Le capitaine de ce navire a été placé en garde à vue par la gendarmerie. Le 23 juillet, un navire de pêche artisanale français avait été arraisonné par "des pirates" armés, selon la préfecture, qui s'étaient emparés de leur moteur hors-bord dans l'estuaire du fleuve Approuague (est).

Le sénateur Georges Patient avait rencontré le Premier ministre Jean-Marc Ayrault notamment sur ce sujet. Selon la préfecture, "il s'agit du 12e déroutement depuis le début de l'année et le 4e depuis le début du mois de juillet". La flotte de la pêche côtière artisanale de Guyane comprend une centaine de navires qui ont produit 2.800 tonnes de poissons en 2010. Régulièrement, des navires en provenance du Suriname et du Brésil viennent pêcher illégalement dans les eaux poissonneuses de Guyane.

AFP

Haut de page