Agrisalon.com, votre quotidien d'information agricole - Agriculture, céréales, élevage, météo, petites annonces

Accueil > permalien

Publié le 02/08/2012 à 18:36

imprimer

Affaire Doux

Le Pdg écrit à Beulin pour dénoncer le mélange des genres

Le Pdg du groupe Doux, Charles Doux, a dénoncé jeudi le "mélange des genres" à propos de Xavier Beulin, à la fois président de la Fnsea, principal syndicat agricole, et Pdg de Sofiprotéol qui présentait une offre de reprise du volailler, écartée par le tribunal.

"Vous m'avez interpellé à la suite de la décision du tribunal de Quimper", rendue mercredi, écrit Charles Doux dans une lettre ouverte. "Vous exprimiez-vous en qualité de président de la Fnsea ou en qualité de président de Sofiprotéol dont l'offre a été jugée irrecevable hier ? Il semble qu'il y a mélange des genres". "L'offre du consortium, que vous avez conduite sur l'export, conduisait à la suppression de 200 éleveurs à court terme et à une forte dégradation des performances en élevage", écrit le Pdg du groupe éponyme, rappelant que les éleveurs, comme les transporteurs, "soutiennent majoritairement nos offres".

"C'est parce qu'ils n'ont pu présenter d'offres séparées à cause des exigences imposées par Sofiprotéol que des plans de cession n'ont pu être acceptés le 1er août sur les actifs du pôle frais", poursuit Charles Doux, qui accuse Xavier Beulin d'avoir favorisé un des concurrents du groupe Doux : "le tout pour faire le lit de Tilly-Sabco que vous, monsieur Beulin, favorisez, pour lui permettre d'acquérir à vil prix le pôle 'export' de notre groupe".

"Notre principal enjeu aujourd'hui est la sauvegarde d'un maximum d'emplois au sein de la filière (...) monsieur Beulin, laissez-nous présenter ce plan et payer les créanciers alors que votre plan ne les règle pas ! Défendez l'intérêt général en qualité de président de la Fnsea. Ecoutez vos adhérents. Et cette fois, en qualité de président de Sofiprotéol, enterrez la hache de guerre", ajoute Charles Doux, avant de conclure : "Ensemble, pérennisons les activités (...) et réfléchissons à l'avenir de la filière, cette fois, réellement dans l'intérêt général".

AFP

Haut de page