Agrisalon.com, votre quotidien d'information agricole - Agriculture, céréales, élevage, météo, petites annonces

Accueil > permalien

Publié le 20/08/2012 à 09:11

imprimer

Doux

D'après le ministre, les offres de reprise du pôle frais doivent être améliorées

Les offres de reprise du pôle frais du volailler Doux doivent être "améliorées", a indiqué samedi le ministre de l'Agriculture Stéphane le Foll, qui regrette par ailleurs le flou autour du plan de continuation des dirigeants du groupe.

M. Le Foll n'a pas souhaité commenter une dernière offre concernant le site de Graincourt (Pas-de-Calais), incluant une société iranienne et préservant plus de 250 emplois. (© TNC)

zoom

Cinq offres de reprise partielle de Doux frais, en liquidation judiciaire, ont été déposées le 10 août auprès du tribunal de commerce de Quimper, menaçant plus d'un millier d'emplois sur 1.700. « Il faut que l'on soit vigilants à ce que les offres industrielles soient retenues et il faut qu'on puisse les améliorer », a déclaré M. Le Foll en marge d'une visite dans la commune de Bolazec (centre du Finistère). « Par rapport à d'autres propositions faites il n'y a pas si longtemps, Sofiproteol en particulier, on a perdu, il y a encore des progrès à faire », a-t-il ajouté, faisant référence au consortium de la filière huiles et protéines végétales, qui avait fait une offre de reprise globale du groupe.

Mais les dirigeants de Doux ont présenté un plan de continuation pour les branches export et produits élaborés. « Le plan de continuation, c'est quoi ? s'est interrogé le ministre. A part savoir que la Barclays va prendre 80% du capital et que les Saoudiens vont investir et assurer le plan de continuation, je n'ai pas d'éléments nouveaux. »

Par ailleurs, M. Le Foll n'a pas souhaité commenter une dernière offre concernant le site de Graincourt (Pas-de-Calais), incluant une société iranienne et préservant plus de 250 emplois. « Je n'ai pas d'information sur cette offre, je ne sais pas si elle est valide », a-t-il précisé. Le tribunal de commerce de Quimper avait placé Doux frais en liquidation judiciaire le 1er août avec poursuite d'activité jusqu'au 10 septembre. Le tribunal se prononcera sur les offres au début du mois. Pour les autres activités de Doux (export et produits élaborés), le tribunal a prolongé la période d'observation jusqu'au 30 novembre.

AFP

Haut de page