Agrisalon.com, votre quotidien d'information agricole - Agriculture, céréales, élevage, météo, petites annonces

Accueil > permalien

Publié le 28/08/2012 à 08:39

imprimer

Gestion

Comment utiliser les réseaux sociaux pour votre domaine viticole

Les réseaux sociaux – Facebook, Twitter, Viadeo et Link in – peuvent être utiles pour promouvoir son domaine et ses vins, recruter, ou encore exporter. Présentation des principaux réseaux et des exemples d’utilisations possibles.

« Quel réseau, pour quoi faire ? » ; « Comment investir les réseaux sociaux pour son domaine viticole ? » : telles étaient les questions posées par des vignerons du Var, lors d'une conférence sur le sujet en mai 2012, organisée par le Centre d'économie rural du département. Selon une récente enquête*, de plus en plus de vignerons utilisent les réseaux sociaux - plus de un sur deux, Facebook notamment - pour promouvoir leur domaine et leurs vins. Mais pour beaucoup, l'intérêt d'un tel réseau social à des fins professionnelles reste encore peu perçu : « les vignerons présents n'imaginaient pas pouvoir créer une page « entreprise » sur ce réseau, et pourtant 80 % l'utilisaient déjà à travers leur profil personnel pour échanger avec des amis », relate Géraldine Keller, de l'agence de conseil « Comcestecrit », qui a animé la conférence. L'enquête de la société de marketing digital ‘Able Social' confirme ce constat : 9 % seulement des domaines viticoles français estiment que ce réseau social est « un générateur de business », contre 72 % des domaines viticoles américains interrogés.

Laurent Bunan, vigneron à Bandol, fait partie de ceux-là. : lors de la conférence, ce dernier a pu témoigner de l'efficacité commerciale de sa page Facebook, qu'il a ouverte il y a déjà deux ans. « Je l'alimente très régulièrement, explique le vigneron. Lorsque j'organise des dégustations ou événements, le relai de ce réseau me permet de rencontrer à chaque fois le succès. Les internautes peuvent aussi passer par Facebook pour ensuite aller sur le site internet du domaine et y acheter du vin », ajoute celui-ci. Ce réseau social peut donc être un outil pour faire venir des clients sur son exploitation et développer l'oenotourisme et la vente directe. C'est aussi le cas des Vignobles Gueissard, toujours dans le Var, qui utilisent depuis deux ans Facebook et Twitter, pour inviter et faire participer, de façon interactive, les internautes à la création d'une « cuvée des réseaux ». En contrepartie, les internautes s'engagent à acheter du vin de la future cuvée à laquelle ils ont participé. Facebook peut également être un moyen pour faire part d'une récompense ou d'une médaille, ou encore tout simplement d'une mise en bouteille. Avec les professionnels cette fois, Laurent Bunan a également créé une autre page Facebook, mais qui leur est strictement réservée. « Je l'utilise pour rester en lien avec mes « amis » restaurateurs à l'étranger, qui publient de nombreuses photos du vin en train d'être dégusté par des clients, raconte le vigneron. C'est une façon de communiquer que je trouve beaucoup plus interactive que d'envoyer un simple mail ; on navigue entre une relation qui se veut professionnelle et celle plus personnelle qui permet d'y apporter une touche de convivialité ». Mais la face professionnelle de Facebook peut aussi être vue comme un moyen de toucher la cible des « jeunes consommateurs potentiels ». Facebook est en effet devenu le « nouveau journal intime public des jeunes et est le deuxième site internet le plus visité au monde après Google », indique Géraldine Keller.

De son côté, le réseau social Viadeo, qui constitue un « immense carnet d'adresses de professionnels », peut être exploité pour l'entreprise elle-même, dans le cadre d'un recrutement par exemple. C'est ce qu'a fait Patrice Lemée, du domaine des Rouges, à Vidauban (Var) : « Je me suis inscrit en 2009, a-t-il témoigné. A l'époque, je recherchais des agents commerciaux par un réseau classique type Cci, mais je n'ai eu aucun retour. Quelques temps après mon inscription sur Viadeo, j'ai d'abord été contacté par un agent commercial sur Paris, puis j'ai eu un agent sur Marseille pour représenter mon domaine auprès d'acheteurs potentiels ». Sur cette plateforme, on peut en effet y présenter son entreprise, rejoindre des communautés, échanger sa carte de visite professionnelle ou encore afficher l'historique des profils qui se sont connectés sur sa page. « Les gens qui vont contactent sont uniquement des gens intéressés donc motivés, puisqu'ils viennent vers vous pour en savoir plus, et pas le contraire ! », ajoute le vigneron.

« Linked in » enfin, sert de « lien international entre professionnels », selon Géraldine Keller. « Il est clair que cette plateforme permet aux vignerons de se donner une dimension internationale. Avec ses 101 millions de membres dont 45 % basés aux Etats-Unis, ce réseau offre une réelle opportunité pour celles et ceux qui ont une stratégie de vente à l'export ». Il faut savoir que quelques pays se partagent les 76 % des membres, dont la France, qui se situe au septième rang avec 2,3 millions d'inscrits.

N.B : *Enquête de l’agence marketing numérique « Able social media marketing » sur « les réseaux sociaux dans le secteur du vin en France et aux Usa », présentée en mai 2012. 243 domaines viticoles français ont été sondés en décembre 2011 par envoi d’email

AFP

Haut de page