Agrisalon.com, votre quotidien d'information agricole - Agriculture, céréales, élevage, météo, petites annonces

Accueil > permalien

Publié le 12/10/2012 à 15:01

imprimer

Marchés des vins tranquilles

Selon les opérateurs, les ventes 2012 moins prospères qu’en 2011

La Sopexa vient de présenter les résultats du "Wine trade monitor" pour 2012, baromètre qui donne la température des marchés clés des vins. Les opérateurs sont moins optimistes que l’an dernier concernant les ventes de vins sur leurs marchés. Le grand export devrait, cependant, moins souffrir que les marchés européens.

Tous les ans, la Sopexa interroge* 1.300 opérateurs en vins - grossistes, agents, importateurs, distributeurs Gms et chaînes spécialisées – installés dans les principaux pays consommateurs de vins (français), afin de prendre la température de ce marché à l'international.

Pour 2012, le "Wine trade monitor" fait ressortir une baisse d'optimisme – mais un optimisme tout de même - de ces professionnels au sujet des ventes attendues pour 2012, en comparaison à celles de 2011. 57 % des professionnels pensent réaliser une augmentation de leurs ventes de vins tranquilles en volume, contre 67 % en 2011, soit 10 points de moins...

Une baisse directement imputable à la conjoncture, plus difficile, sur les marchés, européens notamment. Les quelques marchés qui résistent à cette baisse étant l'Allemagne, la Russie, Hong-Kong et le Japon qui redevient un marché porteur. Sur tous les autres, la hausse des ventes est plus mesurée qu'en 2011 - Canada, Usa, Chine, Royaume-Uni -, elles devraient même chuter aux Pays-Bas, Belgique, Danemark, Suisse.

Optimisme pour 2013 ?

Les vins français en particulier n'échappent pas à cette tendance : ils ne sont en effet plus que 49 % des professionnels à penser réaliser une progression de leurs ventes en 2012, contre 59 % en 2011. Un optimisme moins favorable donc aux vins français qu'aux vins dans leur globalité.

Mais pour 2013, le moral semble revenir. Interrogés également sur leur sentiment concernant 2013, la part d'opérateurs indiquant une augmentation des ventes est à nouveau à la hausse et ce, sur l'essentiel des marchés, avec un taux de 65 %. Pour le cas particulier des vins français, même tendance : 56 % pressentent une hausse de leurs ventes de vins.Le baromètre souligne également la « menace importante » de la concurrence des vins italiens, dont les ventes pour 2012 devraient rester plus stables : 54 % des opérateurs s'attendent à une augmentation de leurs ventes de vins italiens. Ces opérateurs "pro" vins italiens sont localisés en Russie, Canada, Royaume-Uni, Usa, Hong-Kong ou encore Pays Bas ou Suisse.

Les vins "premium" moins demandés

Ce contexte difficile se traduit aussi sur la nature des vins plebiscités : les vins de cépage et "premiers prix" sont, en effet, les catégories les plus demandées, avec un opérateur sur deux estimant que ces types de vins sont « très » ou « assez » demandés pour 2012. « La réalité des marchés a primé dans les avis exprimés par les opérateurs », commente la Sopexa à ce sujet.

La catégorie qui baisse le plus fortement est celle des vins "premium", qui passe de 57 % en 2011 à 44 % en 2012. Même tendance pour les vins bios : seuls 29 % des opérateurs prévoient une progression des ventes (vs 35 % en 2011).

N.B : *Le questionnaire 2012 a été réalisé en ligne auprès de 1.310 professionnels (41 % importateurs, 9 % grossistes, 11 % agents, 36 % distributeurs, 2 % "pure players"). Traduit en 10 langues, il a été conduit en juillet 2012, dans 12 pays marchés stratégiques pour les vins français : Canada, Usa, Allemagne, Belgique, Danemark, Pays-Bas, Royaume-Uni, Russie, Suisse, Chine, Hong-Kong, Japon.

AFP

Haut de page