Agrisalon.com, votre quotidien d'information agricole - Agriculture, céréales, élevage, météo, petites annonces

Accueil > permalien

Publié le 12/10/2012 à 17:25

imprimer

[En bref] A Bruxelles

Stéphane Le Foll peut compter sur l’Espagne pour défendre la Pac

Le changement de gouvernement depuis cinq mois n'a pas modifié les partenaires avec lesquels la France défend sa vision de la Pac. Après l’Allemagne, le ministre de l’Agriculture peut compter sur l’Espagne pour préserver le budget agricole européen.

Stéphane Le Foll et Arias Cañete, ministres de l'Agriculture français et espagnol. (© Ministère de l'Agriculture)

zoom

A un mois de la réunion des chefs de gouvernement de l'Union européenne, attendus pour négocier le budget pluriannuel de 2014/2020, Stéphane Le Foll tisse son réseau pour donner à la Pac les moyens des ambitions affichées depuis le lancement des débats sur la réforme à conduire.

Après avoir rencontré Arias Cañete, ministre espagnol de l'Agriculture, le ministère de l'Agriculture publie un communiqué commun pour mettre en avant les points de convergence de l'Espagne et de la France sur la nature du projet de la Pac à financer.

Ils « soulignent l'importance de la Pac pour la croissance, l'emploi, l'environnement et l'innovation dans les territoires ruraux européens comme pour la participation de l'Europe aux équilibres alimentaires mondiaux. C'est pourquoi, ils considèrent que la proposition de la Commission concernant les dépenses agricoles au sein du cadre financier pluriannuel 2014-2020 constitue un minimum absolu. Par ailleurs, les deux pays peuvent accepter une certaine convergence du niveau des aides entre les Etats membres, raisonnable, progressive et concernant les deux piliers de la Pac ».

Adaptations à apporter au verdissement

« La convergence obligatoire au sein de chaque Etat vers un montant unique (flat rate) au cours de la prochaine période n'est pas pertinente. Les Etats membres doivent pouvoir disposer d'une certaine flexibilité en matière de convergence interne des aides du 1er pilier pour éviter de déstabiliser les filières et les régions agricoles ».

Sur le verdissement, les deux ministres « peuvent soutenir l'orientation générale des propositions de la Commission sur le verdissement pour renforcer la légitimité de la Pac à condition que des adaptations soient apportées pour faciliter son application et le respect des obligations par les agriculteurs, sans peser sur la production agricole ».

Pour lire l'intégralité du communiqué, cliquer sur sommet franco-espagnol.

TNC

Haut de page