Agrisalon.com, votre quotidien d'information agricole - Agriculture, céréales, élevage, météo, petites annonces

Accueil > permalien

Publié le 30/10/2013 à 13:59

imprimer

Vétérinaires en colère

Grève le 6 novembre contre l’interdiction de délivrance de certains médicaments

Une disposition introduite récemment dans l’avant-projet de loi d’avenir de l’agriculture limite la possibilité pour les vétérinaires de délivrer la totalité des médicaments nécessaires au traitement des animaux. Le syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral (Snvel) appelle à la grève le mercredi 6 novembre.

« L'avant-projet de loi d'avenir agricole du gouvernement dans sa version envoyée au conseil d'État, comporte une modification radicale de notre statut concernant la délivrance des médicaments vétérinaires, s'indigne Pierre Buisson, président du Snvel.

Pierre Buisson, président du Snvel

Les vétérinaires ne seraient plus autorisés à délivrer les antibiotiques figurant sur une liste définie par arrêté ministériel. Cette modification n'est pas anodine et ouvre la voie d'une interdiction à terme de la délivrance de tout médicament d'importance thérapeutique. Elle a été introduite en catimini après la consultation du Comité national d'orientation des politiques sanitaires du 10 septembre et au mépris de toute concertation avec les organisations professionnelles vétérinaires et agricoles. »

Il y a un an, Stephane Le Foll avait pourtant prévenu lors du lancement du plan Ecoantibio 2017 que la prescription des antibiotiques dit « critiques » risquerait fort d'être encadrée.

Seules les urgences seront assurées

Selon le syndicat, « cette disposition de l'avant-projet de loi est de nature à compromettre la qualité des services rendus aux détenteurs d'animaux et, par conséquent, à mettre gravement en danger le réseau territorial vétérinaire. Cela se traduira notamment par l'allongement du délai d'intervention lors des urgences, moins de vétérinaires et plus de distance à parcourir, des risques en matière de santé publique et une moindre disponibilité des traitements pour les animaux. »

Les vétérinaires en colère se mobilisent le 6 novembre prochain à Paris entre la gare Montparnasse et le ministère de la Santé à partir de 11h. Lors de cette "journée sans vétérinaires", les cabinets et cliniques n'assureront que les seules urgences.

Qu'est-ce qu'un antibiotique critique ?

« Ne nous y trompons pas, cette atteinte à nos prérogatives limitée aujourd'hui aux seuls antibiotiques dits « critiques » (à ce jour non définis, l'Organisation mondiale de la santé y plaçant la colistine et l'amoxicilline/ acide clavulanique, les macrolides, entre autres...) ouvre assurément la voie à une interdiction beaucoup plus large de notre capacité à délivrer par des décisions arbitraires. Le seul objectif que nous partageons avec le gouvernement est la maîtrise de l'antibiorésistance et nous savons, preuves européennes à l'appui, que le découplage n'est pas la mesure adaptée à ce but », écrit le président du syndicat des vétérinaires dans une lettre ouverte.

L'Anarev ne l'entend pas de cette oreille

Ce n'est pas l'avis que partage l'association Anarev, qui milite pour la dissociation de la prescription et de la délivrance des médicaments par les vétérinaires. Son président Pascal Gortais, demande « qu'à l'instar du durcissement de la réglementation sur les prescriptions hors suivi de troupeaux, les sanctions prévues pour les vétérinaires ne remettant pas les ordonnances aux éleveurs pour qu'ils puissent librement choisir l'ayant droit qui délivrera les médicaments, soient renforcées. » Selon l'Anarev, cette proposition devant permettre d'atteindre le double objectif de lutter efficacement contre les risques de développement de l'antibiorésistance, tout en préservant la compétitivité de l'élevage français.

Paradoxalement, en médecine humaine, qui dissocie depuis longtemps la prescription et la délivrance, l'usage des antibiotiques ne ralentit pas vraiment.

TNC

Haut de page